Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Santos FC : Silence, on creuse toujours

27/11/2017
22:11

Le Santos FC est aujourd’hui au bord du précipice. Plus les journées passent et plus il se rapproche du trou plus qu’il ne s’en éloigne. Dernier après 7 bornes du marathon footballistique national, le club mythique de Zangouétin vit des heures sombres. Mais personne n’ose évoquer pour l’heure la descente préférant cacher la poussière sous le tapis.

C’est un doux euphémisme que d’affirmer que le Santos FC observe un retard à l’allumage. Le club est en retard sur ses temps de passage au niveau du championnat national. Avec seulement deux unités au compteur après 7 journées, et squattant la dernière place du classement, sa situation est déjà critique. Le Santos FC se cherche encore un match référence et la réception de l’ASFA-Y était une occasion idéale pour renouer le fil de la confiance. Mais dommage, il va falloir repasser encore pour cette rencontre devant capitaliser des énergies positives pour mieux se dégager l’horizon. Avec une prestation indigente, oscillant la plupart du temps entre le pathétique et le pitoyable, le premier responsable technique des "rouge et blanc”, Aboubacar Cissé dit "Garba” ne semble pas trouver une explication rationnelle. "Nous sommes nous-mêmes surpris de notre situation. Dès le début, nous avions senti que notre effectif n’était pas riche et il n’est pas non plus le dernier parmi les équipes de ce championnat. Mais on ne comprend pas pourquoi la mayonnaise ne prend pas jusqu’à présent. Sur les matchs que nous avions déjà livrés, nous avons déjà donné la chance à tout le monde sauf à nos deux gardiens remplaçants. On cherche toujours la meilleure formule car après constat de la faiblesse de l’effectif après la coupe de la ligue, on a dû remercier certains joueurs que le club avait recruté. On n’a dû maintenant faire avec des éléments qui sont venus proposer leur service et on les a accepté. Les connaissant comme des joueurs qui ont déjà servi et qui ont l’expérience de la D1. On se disait que la machine allait se mettre en marche très vite. Mais malheureusement, ça ne marche pas jusqu’à présent” a tenté d’expliqué Garba. On pensait que le Santos FC avait atteint le fond la saison dernière avec ce sauvetage in extremis à la dernière journée, mais contrairement à l’USCO qui a aussi navigué dans les eaux troubles comme lui l’an passé et qui fait des merveilles pour le moment, le Santos FC creuse encore. Est-ce le discours du coach qui n’est pas bien assimilé par les joueurs ? Coach Garba est encore dubitatif. "Je me pose par moment cette question car je suis toujours à la recherche de la meilleure formule. Deux points pris sur 21 possibles c’est catastrophique” a-t-il lâché. A cette allure, c’est même un parcours de relégable.


Un maintien toujours possible 


Mais au Santos FC on refuse pour le moment d’évoquer ce terme de relégation. "Notre objectif reste le maintien. Même avec deux points après 7 journées, on n’est pas trop décroché par rapport à la concurrence et je suis sûr que nous allons rebondir et les rattraper voire les dépasser. Nous traversons juste une mauvaise passe et cette série noire va s’estomper d’un moment à l’autre. C’est pour cela que je dis toujours à mes coéquipiers de ne jamais lâcher” a affirmé Issouf Sakandé, le capitaine du Santos FC. Même chez les supporters, on pratique aussi la politique de l’autruche. On refuse formellement d’évoquer la descente. "On a vécu cette même situation l’année dernière et après nous nous sommes relevés. Ce n’est ni la faute de l’entraîneur ni celle des joueurs. C’est une faute collective. Le championnat n’a pas encore commencé pour nous. Seulement les gens sont pressés. L’an passé on a concédé plus de 11 défaites mais on est revenu car nous nous sommes rendu compte dans la famille que si nous sommes unis, on est plus forts. Je suis sûr et certain que le Santos FC gardera sa place en D1. Ceux qui pensent à une probable descente du Santos FC doivent arrêter de rêver. Même si nous allons partir réveiller les vieux de Zangouétin pour les implorer de nous garder en vie en D1, on va le faire. Mais nous ne tomberons pas cette année” a confessé Thomas Diallo, membre très proche du club. Pour Jean Diallo qui n’est plus aussi à présenter dans le milieu des "rouge et blanc” de Zangouétin, il faut accepter se sacrifier et travailler pour que tout aille car, du coach aux joueurs, tout est nouveau dans l’équipe. Mais il est plus mesuré dans ses propos même s’il est plus connu par sa fougue et son franc-parler. "Footballistiquement parlant, on devrait en principe avoir peur pour la descente. Mais dans une équipe, il y a du tout et il faut souvent accepter se taire et regarder les choses pour ne pas tout le temps faire parler et parler de soi. C’est ce qui fait que par moment nous acceptons d’aller en groupe en attendant de voir ce que cela va donner. Mais pour moi, il y a eu un mauvais casting dans le recrutement. Les gens oublient que notre championnat de D1 aujourd’hui, ce n’est plus de l’amusement et cette donne échappe à de nombreuses personnes. Nous n’avons pas pu recruter des joueurs à la hauteur de ce championnat et c’est ce qui nous met dans le pétrin. Mais je reste confiant, le Santos FC ne tombera en D2. La situation sera difficile mais nous allons garder notre place parmi l’élite” a glissé Jean Diallo. 
A entendre tout le monde sur le terrain d’entraînement du club, il faut que tous se serrent les coudes pour une synergie d’action. C’est déjà bon de toujours croire au maintien car l’espoir est encore là. Mais le Santos FC est vraiment exsangue financièrement. Sur les 18 membres du comité exécutif du club élu il y a deux ans, beaucoup ont fui loin de l’équipe et seule une chambrée accompagne le président Mahamady Ouédraogo qui est aussi en fin de mandat et qui souhaite partir. Mais personne ne semble vouloir de ce poste de président au Santos FC où les supporters aiment parler et critiquer mais restent très radins quand il s’agit de mettre la main à la poche. Il y a donc de bonnes raisons de croire que les jours du Santos FC parmi l’élite du championnat national sont comptés même si pour l’heure les fans refusent de croire à cette éventualité.


Béranger ILBOUDO






78
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus