Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

« La MACO m’a beaucoup servi »

27/11/2017
23:13

Père de deux enfants, commerçant âgé de 25 ans à Ouagadougou, S.M., a comparu, quant à lui, pour incitation à la commission d’un vol après la vente de son véhicule. En effet, S. M. a vendu un véhicule à 900 000 F CFA à B.J., ce dernier, après l’achat, a décidé de remettre le véhicule et reprendre son argent. « B.J., a acheté ma voiture à 900 000 F CFA. Le jour de la remise de la voiture, il devrait me donner 200 000 F CFA restants. C’est en ce moment qu’il m’a demandé de prendre la voiture et lui remettre son argent parce qu’il avait un problème sérieux à résoudre. Lorsque j’ai pris la voiture, je l’ai réparée à 200 000 F CFA qu’il refuge de me rembourser. C’est pourquoi, j’ai envoyé un ami, O.M., d’aller récupérer les 200 000 F CFA, par tous les moyens », a déclaré S.M. Interrogé, par le procureur du Faso, sur les raisons pour lesquelles S.M. a désigné O.M., porteur d’arme, d’aller récupérer son argent, il a répondu que c’est dans la causerie que O.M. lui avait expliqué que quelqu’un détenait son argent.Il a reconnu les faits à la barre et a demandé pardon au TGI. « J’étais aveuglé par la situation. Je ne savais pas qu’il allait transformer cela en braquage. Je vous demande sincèrement pardon, parce que la maison d’arrêt m’a beaucoup servi. Cela ne se répétera plus jamais », a-t-il ajouté. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement ferme de 12 mois. Le parquet ayant accepté son pardon, a relaxé S.M. assorti de 12 mois de sursis. 

----------------------------------------------------------------------------------

Une chèvre volée, 18 mois avec sursis 

Père de trois enfants, cultivateur âgé de 30 ans et domicilié à Ouagadougou, B.M. est cité à comparaître,ce lundi 27 novembre 2017, au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou. Il est accusé de vol d’une chèvre, le 25 septembre 2017. A la barre, il a reconnu les faits, mais soutient que c’est la pauvreté qui l’a conduit à dérober l’animal. « J’ai effectivement volé la chèvre à 3 heures du matin parce que j’avais un problème. Je vous demande pardon. Cela ne va plus se répéter», a laissé entendre B.M. Ayant reconnu les faits depuis le début de la procédure, le procureur du Faso a requis 18 mois de prison avec sursis à l’endroit de B.M. Le parquet a suivi le procureur dans ses réquisitions en appliquant cette peine. 

---------------------------------------------------------------------------

Une amende de 500 000 F CFA pour un poignard

P.A., 25 ans et déjà condamné à 2 mois de prison ferme, en 2012, a aussi comparu  au TGI de Ouagadougou, pour coups et blessures volontaires avec utilisation d’une bouteille. Les faits remontent au 7 septembre 2017 où, lors d’une bagarre dans un maquis, P.A. a poignardé P.H. A la barre, P.A. a reconnu les faits et a indiqué avoir commis l’acte sous l’effet de l’alcool. « La bagarre était entre moi et une fille serveuse et il est venu intervenir. Comme, je ne le «moyen pas», c’est pourquoi, j’ai pris la bouteille pour me défendre», a indiqué P.A. La victime, P.H., a réclamé une somme de 600 000 F CFA comme frais de soins. Le procureur a souligné que P.A. a visiblement un mauvais caractère. Etant donné que les faits sont établis et que le coupable a reconnu les faits qui lui sont reprochés, le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 18 mois ferme. Le parquet, n’ayant pas suivi ce requisitoire, a condamné P.A. à une peine d’emprisonnement de 6 mois ferme et une amende de 500 000 F CFA comme dommage.

----------------------------------------------------------------------------------

« Sa place est à la clinique et non à la MACO »

Z.K., élève célibataire, jamais condamné, était à la barre pour vol d’une motocyclette de marque Yamaha, Crypton 07 C appartenant à une femme, nommée O.M. En effet, Z.K., a pris la moto devant et s’est mis à la pousser car, elle refusait de démarrer. Devant un mécanicien, il déclare avoir volé la moto. C’est en ce moment, qu’il a été appréhendé par la police et transféré à la MACO. Interpellé, il a reconnu les faits à la barre et a ajouté avoir volé aussi un téléphone portable et une somme de 25 000 F CFA appartenant à sa tante. L’avocat de Z.K. a indiqué que son client ne jouit pas de toutes ses facultés mentales et a demandé sa relaxe. « Mon client a une honnêteté excessive. Il a eu le courage de dire au mécanicien que la moto a été volée et informé la Police du vol  du téléphone portable et la somme de 25 000 F CFA de sa tante. Toutes ces preuves montrent qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Il devrait être interné dans une clinique pour des soins qui coûtaient 25 000 F CFA par jour. Et c’est par manque de moyen qu’il est revenu à la maison. Je vous demande alors de le relaxer pour que ses parents puissent poursuivre le traitement. Sa place est à la clinique et non à la MACO », a déclaré l’avocat de Z.K.Le procureur a requis une peine  de 12 mois assortis de sursis à l’encontre de Z.K. Le parquet a suivi le procureur en appliquant cette peine. 

---------------------------------------------------------------------------

Relaxé au bénéfice du doute

O.B., 27ans, sans emploi et domicilié à Ouagadougou, est accusé  d’avoir soustrait un ordinateur portable de K.S. Les faits remontent au 7 septembre 2017. En effet, K.S. suivait un film devant sa cour lorsque deux jeunes, sur une motocyclette, ont dérobé l’ordinateur portable et ont pris la fuite. « J’étais assis devant mon domicile et deux personnes sont venues me saluer, une première fois, avant de revenir retirer mon ordinateur et prendre la fuite. Et j’ai reconnu O.B. La manière dont ils ont pris l’ordinateur m’a trop marqué. C’est pourquoi son visage est resté dans ma mémoire », a souligné K.S. Le présumé coupable O.B. n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés. « C’est impossible, après avoir suivi le film, qu’avec la lumière il puisse nous identifier », a soutenu O.B.Face à des déclarations contradictoires, le procureur du Faso a demandé de relaxer O.B. au bénéfice du doute. Le parquet a suivi le procureur dans ses réquisitions en relaxant O.B. et en concluant que le doute bénéficie à l’accusé.


Emil SEGDA
Segda9emil@gmail.com





2 624
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus