Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

CHU Yalgado Ouédraogo: Le directeur général prend le pool des Urgences viscérales

30/11/2017
15:21

A pas de charge, le directeur général, Constant Dahourou, a mis les pieds, ce jeudi 30 novembre 2017 vers 10H, dans les unités qui composent le service des Urgences viscérales, sous le regard du chef des lieux, le Pr Edgard Ouangré, qui lui a donné des éclairages avec forts détails.

Il y a un certain nombre de contraintes qui ont fait que le Service s’est retrouvé en situation de manque criard d’équipements, obligeant ainsi à la suspension des activités de prise en charge des urgences. En effet, le service comporte deux blocs pour lesinterventions d'urgences où il manque des scialytiques et de bistouris électriques. Le bâtiment à deux niveaux qui abrite les deux blocs au rez-de-chaussée connaît un problème d’étanchéité, si bien qu’en saison hivernale l’eau coule dans le bloc. Egalement, les eaux des toilettes y chuintent.

Dans les deuxautresblocs programme (où sont pris en charge des patients programmés), les scopes, tables d’anesthésie et tables chirurgicales sont défectueux du fait du manqueparfois de pièces de rechange. Les scialytiques en plus d’avoir des cordonsdéfaillants, donnent une luminosité soit sombre (quelques ampoules grillées) ou trop vive donc inadaptée à un travail chirurgical. Les aspirateurs de haute qualité sont sur cale parce qu’il manque des cellules d’oxygène. Il résulte de toutes ces difficultés,l’impossibilité de gérer les urgences et d’assurer une formation conséquente aux étudiants et médecins en spécialisation.

Pour le directeur général, la priorité c’est de pouvoir faire fonctionner les blocs d’urgences. Car parmi les grosses préoccupations soulevées, nombre sont d’ordre structurel pour ainsi dire qu’elles ne peuvent être résolues qu’à court terme. Le Pr Ouangré et ses collègues disent être satisfaits de cette visite, qu’ils espèrent augurera de lendemains meilleurs.

La visite s’est achevée au service de l’action sociale. Là, les deux agents qui y travaillent sont débordées par l’affluence de patients indigents. La subvention de l’Etat, à travers le ministère en charge de l’action sociale et de la solidarité nationale, n’est pas suffisante et ressemble à une goutte d’eau dans un océan de besoins. D’où leur appel à toute personne de bonne volonté à soutenir avec desvivres, habits, savons……….les nombreux patients dont certains sont sans accompagnateurs.

Service communication

 




153
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus