Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Enfin le réveil ?

03/12/2017
19:50

Enfin le réveil ?

Les 29 et 30 novembre 2017, des chefs d’Etat africains et européens se sont penchés, à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, sur la question de l’immigration. Que dire des décisions de ce sommet ? Peut-on penser que c’est le réveil face à ce qui se passe en Libye ?
En effet, la première décision est la mise en place d’une force d’intervention (task force) pour démanteler les réseaux de trafiquants opérant en Libye. Cette force opérationnelle associe les services de police et d’intelligence pour mettre hors d’état de nuire tous les trafiquants et leurs bras financiers. Les participants à ce sommet estiment qu’outre les trafics d’êtres humains, ces hors-la- loi sont liés à des organisations terroristes et aux trafiquants d’armes et de drogues «qui opèrent dans toute la bande sahélo-sahélienne». Mais quelle pourrait être l’efficacité de cette force si elle n’a pas pour vocation «à intervenir sur le sol libyen» ou de mener une quelconque action militaire ? «Le renforcement d’une coopération internationale pré-existante en vue d’obtenir davantage de résultats sur le sujet de la traite des êtres humains en Libye». Sans intervenir sur le sol libyen, l’on se demande comment lutter efficacement contre ces trafiquants bien armés qui exercent leur besogne dans un pays désaxé. Comment faire respecter les lois libyennes si l’ordre politique libyen lui-même a du mal à restreindre ou réguler la violence dans certaines zones ? Il se trouve que le pouvoir de Tripoli a du mal à endiguer la violence et le trafic dans les zones incontrôlées depuis la chute du Guide Kaddhafi en 2011. Selon Marx Weber, la violence est le monopole de l’Etat. En Libye, la violence semble être le monopole de groupuscules avides  de richesses. Et on voit mal la «Task force» réussir sa mission si les autorités libyennes n’exercent pas la violence légale. La violence, comme le souligne Freud, est inhérente à la nature humaine. Et tant que l’Etat sera impuissant, l’homme violentera son semblable. Dans un territoire où la présence étatique est faible, on assistera forcément à des violences. En attendant le déploiement de cette force, il est souhaitable que l’on aide l’Etat libyen à contrôler tout son territoire, à mettre son armée, sa police et sa justice au service de la protection des citoyens.
L’autre décision issue de la rencontre d’Abidjan est celle relative à l’évacuation de près de 400 000 à 700 000 migrants africains en Libye. Selon les témoignages de ceux qui ont eu la chance de sortir de l’enfer libyen, les migrants vivent dans des conditions inhumaines. L’intention d’évacuer est bonne mais combien de temps mettront l’Union africaine et ses partenaires pour sauver encore ce qui peut l’être ? Quelles solutions propose-t-on aux candidats à la migration qui ont perdu tout espoir dans leurs pays d’origine ? La pauvreté, le chômage et l’absence de perspectives sont autant de motifs qui poussent les jeunes à prendre le risque de mourir dans le désert ou dans la Méditerranée. Prouver aux jeunes qu’il est possible de gagner dignement leur vie en Afrique, tel est le devoir de tous les Etats- membres de l’Union africaine. Cela passe par la création d’entreprises, le financement des projets et autres initiatives de lutte contre le chômage. C’est le devoir des Etats africains, surtout ceux de l’Afrique de l’Ouest d’où partent la majorité des migrants. Il est temps de se réveiller et de redonner espoir à cette jeunesse
désepérée .

Par Rabankhi Abou-Bâkr Zida
 rabankhi@yahoo.fr



323
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus