Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Concertation gouvernement-société civile-secteur privé: Le décodeur TNT désormais produit de grande consommation

04/12/2017
18:05

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Wenceslas Stéphane Sanou, a présidé la 10ème session ordinaire du cadre de concertation tripartite sur les produits de grande consommation, le lundi 4 décembre 2017, à Ouagadougou.

Le gouvernement poursuit sa politique de résorption de la vie chère à travers la maîtrise, voire la baisse des prix des produits de grande consommation. Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a, en effet, tenu la 10ème session ordinaire du Cadre de concertation tripartite (CCT) sur ces produits, le lundi 4 décembre 2017, à Ouagadougou. Les travaux ont porté sur l’examen de la mise en œuvre des recommandations de la 9ème session ordinaire du CCT, des prix des produits de grande consommation, de ceux des décodeurs TNT et de leur introduction dans la liste des produits soumis à la règlementation ainsi que le point de la campagne céréalière 2017-2018 au Burkina Faso. Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Wenceslas Stéphane Sanou, a indiqué que le dernier CCT tenu le 14 mars 2017 a examiné les prix de neuf produits de grande consommation. Il s’agit, selon lui, du riz pakistanais 25% brisure (16 000 F CFA le sac de 50 kg), du maïs et du sorgho (15 500 F CFA le sac de 100 kg), du petit mil (19 000 F CFA le sac de 100 kg), de l’huile alimentaire (825 F CFA le litre soit 16 500 FCFA le bidon de 20 l), du sucre granulé (600 F CFA le kg), des savons SN CITEC n°1 et n°2 (260 F CFA et 365 FCFA respectivement), du pain (le maintien de la baguette de 180g et de 200g à 130 FCFA et 150 FCFA respectivement) et du ciment CPJ (5 000F CFA le sac soit 100 000 F CFA la tonne). De l’avis du ministre Sanou, ces coûts avaient connu de légères hausses y compris ceux d’autres produits non soumis à la règlementation. « Ces prix plafonds sont des prix à ne pas dépasser, même en période de soudure », a-t-il déclaré. Pour assurer une large diffusion de ces prix auprès du public, le ministère en charge du commerce, aux dires de son premier responsable, a procédé par affichages, sensibilisation et contrôles. Ce qui a permis, a-t-il dit, d’imposer des pénalités et des amendes à hauteur de 208 millions 894 mille 275 FCFA en octobre 2017 soit 139% des objectifs annuels. Malgré les efforts du gouvernement pour maintenir les prix indexés des produits de grande consommation, à entendre le ministre en charge du commerce, des contrevenants aux montants fixés par le CCT existent. Pour venir à bout de ceux qui ne respectent pas ces « Prix plafonds», le gouvernement, a-t-il laissé entendre, va mettre l’accent sur les contrôles de prix et la qualité de ces produits.

Un plan de riposte de 25 milliards de F CFA

 Toutefois, le chef du département en charge du commerce a annoncé l’augmentation ‘’vertigineuse’’ des prix de certaines denrées les mois à venir (entre février et juin) en raison du déficit de la campagne agricole 2017-2018. Le président de l’Observatoire des prix et des produits de grande consommation, Sibiri Sanou, par ailleurs, secrétaire général du ministère en charge du commerce, a fait la synthèse des travaux de la structure. Il est ressorti que pour les céréales,  il faut observer les prix actuels, mettre en œuvre un plan de riposte de 25 milliards de F CFA et injecter des céréales dans les zones déficitaires par le biais de la Société nationale de gestion des stocks de sécurité (SONAGESS). Il s’agit aussi de limiter les exportations des céréales, de réhabiliter les infrastructures routières en vue de désenclaver les zones excédentaires et de sensibiliser les gouverneurs aux méthodes de fixation des prix des céréales. Concernant le ciment, M. Sanou a précisé que des propositions ont été faites pour envisager une augmentation du prix du ciment CPA  en cas de la hausse du coût du clinker, mettre en place un comité ad hoc chargé de réfléchir à la fixation du prix du ciment, tenir compte du coût de transport, etc. S’agissant du pain, des hydrocarbures et du savon, l’observatoire a convenu de mettre le pain de 180g et de celui de 200g sur le marché, tout en respectant les poids et la rédaction d’un rapport circonstancié du nouveau mécanisme de fixation des prix des hydrocarbures afin de tenir compte des charges et des marges de bénéfices dans la fixation des prix du savon. Quant au directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes,  Komikiyoaba Nalkessé,  il a souligné que seuls les « Prix plafonds » de quelques produits, à l’image de l’huile alimentaire et du sucre de la SN SOSUCO ont été respectés au mois de novembre 2017. Il a, par ailleurs, informé, entre autres, de l’indisponibilité du sucre granulé SN SOSUCO depuis juin 2017, de l’augmentation du nombre de boutiques-témoins de 140 à 250 qui vont fonctionner 11 mois sur 12mois.

Boukary BONKOUNGOU
bbonkoungou@gmail.com



15
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus