Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Changement climatique : Des scientifiques à la recherche des techniques de résilience

04/12/2017
18:13

Le Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) organise du 4 au 8 décembre 2017, un Symposium international sur la science et les technologies (SIST). La cérémonie d'ouverture de cette rencontre scientifique sur le climat a eu lieu le lundi 4 décembre 2017 à Ouagadougou.

La communauté scientifique à travers le monde, veut anticiper les problèmes liés au changement climatique afin de préserver les populations contre les conséquences y relatives. Le lundi 4 décembre 2017, le Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) a ouvert son Symposium international sur la science et les technologies (SIST). Ce grand rendez-vous des chercheurs se tient sous le thème « Changement climatique et préservation des ressources naturelles ». Il vise à harmoniser les connaissances et à renforcer la collaboration entre les acteurs. Pour le délégué général du CNRST, Charles Nébié, le symposium est un forum dont l’objectif premier est de présenter à la communauté scientifique internationale, les résultats des recherches et les technologies générées dans les centres de recherches et universités pour faire face au changement climatique. Plus spécifiquement, M. Nébié a précisé qu'il s'agira de soumettre les résultats acquis sur le changement climatique à l'examen critique de la communauté scientifique internationale, inciter des réflexions pour une meilleure coopération dans le domaine de la recherche au plan régional, présenter et faire connaître la gamme de technologie générée dans le cadre de la recherche sur le changement climatique. Mieux, il s'agit également, foi du premier responsable du CNRST, d'identifier et de publier les résultats de portée scientifique dans le numéro spécial de la revue « Science et Technique » afin de permettre une grande accessibilité à ces données.

Selon lui, il est grand temps de faire de la recherche scientifique, une puissante arme pour lutter contre les transmutations et les aléas climatiques. Et c'est pour cette raison que plus de 200 participants  d’horizon professionnel divers (décideurs politiques, des chercheurs, des responsables d’ONG  du CORAF, de WASCAL etc.) prennent part à ce rendez-vous scientifique. "La menace que constitue le changement climatique sur les ressources naturelles comme l'eau, l'air, la terre (…), affecte la santé des populations" a dit M. Nébié. Ainsi les travaux qui vont s'articuler autour des colloques thématiques et des expositions de technologies vont permettre de proposer des solutions d’adaptation. De ce fait, le symposium vu par les organisateurs vise à créer un cadre d’échange et de partage des résultats sur la préservation des ressources naturelles et susciter leur analyse par les scientifiques. Il s’agira aussi, de faire connaître par les plus grands nombres de scientifiques burkinabè ainsi que de l’espace CEDEAO, les conclusions des recherches acquis sur le changement climatique dans un esprit de partage au plan régional et international. Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MESRSI), le Pr Alkassoum Maïga, c'est la science et par-delà la recherche à travers sa contribution au développement socioéconomique des pays qui est magnifiée. « Nous accordons un intérêt particulier à la recherche. C’est d’ailleurs l’un des objectifs stratégiques du Plan national de développement économique et social (PNDES) », a-t-il affirmé. Selon le ministre, le gouvernement déploie certes des moyens pour accompagner les recherches mais les secteurs étant financièrement exigeants, il a souhaité un appui plus poussé des partenaires afin d'assurer de meilleures trouvailles aux chercheurs. Pour le représentant du directeur exécutif par intérim de WASCAL, parrain de la cérémonie, Belko Abdoul Aziz Diallo, les conséquences du changement climatique sur la planète sont incalculables. Toute chose qui justifie les actions entreprises par WASCAL dans ses 10 pays-membres pour la sauvegarde de l'écosystème. « Il est nécessaire et urgent de développer des stratégies efficaces pour sécuriser les moyens de subsistance et de développement (ressources naturelles) de nos communautés», a déclaré le Dr Diallo. Durant les cinq jours, les participants vont mutualiser les connaissances scientifiques, technologiques pour promouvoir la résilience des populations aux perturbations météorologiques.

Wanlé Gérard COULIBALY
Josiane W. Kaboré
(Stagiaire)



90
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus