Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

jeunesse: une foire pour lever les difficultés de financements

05/12/2017
20:20

L’Association professionnelle des jeunes entrepreneurs du Faso (APJEF) a organisé la 1re édition de la Foire du financement de l’entreprenariat jeunesse (FOFIJEUNE), le samedi 2 décembre 2017 à Ouagadougou, sous le thème, « Jeunes entrepreneurs face aux contraintes du système de financement ».

Soucieuse de la question du financement des jeunes promoteurs d’entreprises, l’Association professionnelle des jeunes entrepreneurs du Faso (APJEF) a organisé une activité dénommée Foire du financement de l’entreprenariat jeunesse (FOFIJEUNE), le samedi 2 décembre 2017 à Ouagadougou. Il s’est agi pour les panélistes  de cette foire, d’échanger autour du thème, « Jeunes entrepreneurs face aux contraintes du système de financement », afin de trouver les solutions au problème. Selon le secrétaire exécutif national de la FOFIJEUNE, Lamiba Lompo, le choix de ce thème est la résultante d’une étude organisée par la Banque mondiale en 2009 sur les entreprises du Burkina Faso, qui  a démontré que 75 %  des Petites et moyennes entreprises (PME) et des Petites et moyennes industries (PMI) identifient  l’accès au financement comme leur contrainte majeure. « FOFIJEUNE est une initiative de jeunes entrepreneurs qui ont décidé de prendre le taureau de l’accès des jeunes aux financements par les cornes, d’être à l’avant-garde de cette lutte», a-t-il ajouté. Lamiba Lompo a indiqué que l’objectif global de cette foire est de faire en sorte que les jeunes et les partenaires aux financements se retrouvent pour échanger afin d’envisager des solutions pour mieux travailler ensemble. « Trois panels ont été à l’ordre du jour, à savoir le financement par banques, le financement par les institutions de l’Etat et le financement par les autres sociétés alternatives telles que le crédit-bail ainsi que des échanges  d’expériences », a détaillé le secrétaire exécutif de la FOFIJEUNE.

Une initiative salvatrice

Le parrain de cette 1ère édition, Justin Damo Barro, a laissé entendre que le financement des entreprises est un problème majeur en général, mais surtout pour les jeunes entrepreneurs en particulier. Et de préciser que cette assertion est confirmée tous les jours dans le cadre du fonctionnement de son cabinet-conseil dont la mission principale est d’accompagner les PME et PMI. «Certains ne savent pas comment s’y prendre et beaucoup sont souvent abasourdis par le refus d’une banque de les accompagner alors qu’il semble réunir toutes les conditions pour être financés », a-t-il  souligné. Selon M. Barro, c’est donc dans le quotidien qu’il partage avec des jeunes entrepreneurs leurs relations traumatisantes avec le système bancaire. Pour ce faire, il a salué l’initiative de l’APJEF qui est un souci de compréhension, à la limite, de formation et d’information. Quant au représentant de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), Ali Compaoré, il a indiqué que malgré les efforts du gouvernement, des partenaires et des structures d’appui au secteur privé, la problématique du financement n’a toujours pas trouvé de solution satisfaisante et durable. « Dans le plan de mandature 2016-2021, diverses initiatives sont prévues pour améliorer l’accès des entreprises aux financements. De même, des actions de la société de financement des microentreprises créée par la CCI-BF et d’autres associés institutionnels seront bientôt opérationnalisées », a laissé entendre M. Compaoré. Pour ce faire, le représentant de CCI-BF qui a salué aussi l’initiative de la FOFIJEUNE, a lancé un appel aux banques afin qu’elles portent un autre regard sur la question du financement des jeunes promoteurs d’entreprises.

Wolami SAMA
(Stagiaire)




89
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus