Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Commission de l’UEMOA : La Feuille de route 2017-2021 exposée aux PTF

06/12/2017
22:35

Le président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a rencontré, le mardi 5 décembre 2017 à Ouagadougou, les Partenaires techniques et financiers (PTF) de l’Institution. S’inscrivant dans le cadre d’un mécanisme de concertation et de coordination, ces échanges ont permis aux partenaires d’apprécier la Feuille de route 2017-2021 de l’Union.


Pour mettre ses Partenaires techniques et financiers (PTF) au parfum de l’évolution de la vie de l’Institution, l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a démarré sa rencontre du mardi 5 décembre 2017 par un documentaire de 6 mn dénommé « L’intégration en marche ». De sa création en janvier 1994 aux différents changements qu’elle a connus en passant par ses grandes orientations, le film évoque les missions, réalisations, difficultés et perspectives de l’Union. Par la suite, le président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima, a précisé que ce mécanisme de concertation et de coordination initiée depuis 2014 vise à instaurer un dialogue franc et interactif sur la conduite du processus d’intégration, afin d’en évaluer les succès et les difficultés et relever les nouveaux défis. Pour planter le décor, il a rappelé que l’évolution des 23 années d’existence de l’UEMOA peut être analysée sur le plan stratégique en trois périodes symboliques. La première qui va de 1994 à 2004, a-t-il dit, a permis de bâtir et d’asseoir une architecture institutionnelle solide et fonctionnelle, d’adopter et de mettre en œuvre les réformes essentielles notamment règlementaires et macroéconomiques. La deuxième allant  de 2004 à 2014 aura mis l’accent, selon lui, sur les réalisations concrètes au profit des populations afin d’assurer la visibilité et la crédibilité du processus à travers le Programme économique régional (PER). « La troisième qui commence  en  2017 consacre le recentrage des activités et interventions de la Commission sur son cœur de métier», a estimé le président de la Commission. Dans un contexte de rationalisation impulsé par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, le 10 avril 2017 à Abidjan, il s’agit à entendre M. Boureima, d’une nouvelle ère dans la vie de l’Union nécessitant désormais le recentrage des activités et interventions de la Commission, l’utilisation rigoureuse et judicieuse des ressources et la bonne application du principe de subsidiarité. Il a donc présenté aux PTF, ces orientations qui ont constitué la base de la Feuille de route 2017-2021. Sur le plan sécuritaire, a exposé Abdallah Boureima, les attaques terroristes dans les Etats de l’Union, la violence, la criminalité et les trafics de tous genres fragilisent le développement économique des pays ainsi que le processus d’intégration régionale. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, la Délégation générale à la paix et à la sécurité de la Commission de l’UEMOA a fait de ce chantier, en relation avec la CEDEAO, une priorité pour la mise en place d’un mécanisme de veille et d’alerte précoce.
 
Avoir le même niveau d’information

Aussi et conformément au Plan d’action pour la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union, le 5 juin 2016 à Dakar, la Commission met en œuvre les mesures visant une gestion sécurisée des frontières et un renforcement de la coopération en matière de sécurité et de renseignements dans l’espace. De plus, les réformes sur la libéralisation des échanges intracommunautaires, en matière de préservation du réseau routier communautaire et de complémentarité avec les autres Organisations Intergouvernementales de l’Afrique de l’Ouest ont été exposées. Dans les échanges qui s’en sont suivies, la délégation de l’Union européenne, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, le Système des Nations unies, la Coopération technique allemande (GIZ) et la FAO notamment, ont posé de nombreuses questions d’éclaircissements. Elles ont, entre autres, porté sur le suivi de la mise en œuvre des décisions des chefs d’Etat, la baisse progressive de contribution des Etats au financement de l’Union, le  G5 Sahel, l’objectif de déficit fiscal de 3% à l’horizon 2019, le taux de pression fiscale, la masse salariale, l’insécurité dans la région, la disponibilité des statistiques et la décentralisation. Aidé par le collège des commissaires et les responsables de certaines instances de l’Union, le président de la Commission a rassuré les PTF du bien-fondé et de la pertinence de la Feuille de route 2017-2021 de l’UEMOA. Au terme de la rencontre, Abdallah Boureima a trouvé « mutuellement très riches » les débats autour des chantiers importants qui touchent aux objectifs du Traité de l’Union. Il s’agit de la recherche de compétitivité des économies, la convergence macroéconomique, la recherche du marché commun, la mise en œuvre de politiques sectorielles, la sécurité, la coopération transfrontalière et l’harmonisation des législations dans tous les domaines. « Je suis réellement satisfait de ces échanges qui nous permettent, deux fois par an, de faire un bilan à mi-parcours, de corriger les erreurs, de relever les difficultés et d’y apporter des solutions », a-t-il dit. Pour sa part, le président de la troïka des PTF, Jean Lamy, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, a salué la tenue de cette rencontre. Désormais, a-t-il signifié, tous les partenaires ont le même niveau d’information dans le processus d’intégration régionale. « De nombreuses décisions ont été prises lors de la Conférence des chefs d’Etat de l’UEMOA en avril 2017 et il était nécessaire qu’il y ait des échanges entre la commission de l’UEMOA et les PTF pour savoir comment ils peuvent davantage accompagner le processus », a-t-il conclu.


Jean-Marie TOE












82
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus