Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Occupations des voies par des élèves en grève

08/12/2017
00:15

L’hebdomadaire conseil des ministres s’est tenu hier jeudi 7 décembre 2017, au Palais présidentiel de Kosyam. Les affrontements entre étudiants et les grèves dans les lycées et collèges ont dominé les débats. 

Les barricades érigées sur les voies publiques par les élèves en grève, bloquant la circulation dans plusieurs localités du pays ces derniers jours se sont invitées aux débats du conseil des ministres du 7 décembre 2017 selon le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, qui a fait le bilan des dossiers. «Depuis quelques jours, des élèves occupent des voies à travers le pays, empêchant la circulation de s’effectuer normalement. Le gouvernement tient à rappeler que le droit de grève existe et est garanti dans notre pays tout comme le droit à la libre circulation des personnes et des biens», a-t-il fait savoir. Condamnant l’attitude des scolaires, l’exécutif a interpellé les différents acteurs, à savoir les parents d’élèves et les structures associatives évoluant dans le milieu scolaire afin qu’ils fassent comprendre aux élèves que ce n’est pas en agissant de cette façon qu’ils vont construire leur avenir. «Les jeunes qui aspirent à devenir des leaders de demain sont les premiers à fouler au pied, les règles à observer pour le progrès et le vivre-ensemble au Burkina Faso. Il y a des limites à ne pas dépasser dans les revendications que nous formulons parce qu’elles ternissent notre image», a déclaré Remis Dandjinou. Face à cette situation où des groupes d’individus cagoulés font le tour des lycées et collèges pour faire sortir les élèves, poursuit-il, le gouvernement va assumer sa responsabilité en termes de garantie de la libre circulation des personnes et des biens mais aussi permettre à tous ceux qui désirent poursuivre les cours de le faire en toute sécurité. «Depuis des années, nous avons tous réclamé justice pour Norbert Zongo et ses compagnons qui ont trouvé la mort le 13 décembre 1998 et il est normal que des mouvements soient organisés à cette date. Par contre, ce qui est anormal, c’est que sous ce couvert, on en vient à priver d’autres Burkinabè du minimum de leurs droits à savoir, le droit d’aller à l’école, de s’instruire et de se déplacer», a ajouté le ministre Dandjinou. 

Un spectacle désolant

S’agissant des violences observées ces derniers temps à l’Université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo où des étudiants armés de machettes et de gourdins se sont affrontés, le ministre de tutelle, Alkassoum Maïga, a tenu à apporter des précisions. Selon lui, ce spectacle désolant auquel nous avons assisté à la plus grande Université du pays est né du non-respect par une bonne partie des étudiants qui tenaient à prendre les cours lors d’une grève de 96 heures décrétée par l’ANEB.  «Ces affrontements ont fait de nombreux blessés dont six cas graves qui ont été admis à l’hôpital pour une prise en charge sanitaire. Le gouvernement félicite les étudiants qui étaient dans les amphithéâtres pour n’avoir pas opposé de résistance à leurs camarades armés, permettant d’éviter une situation plus alarmante», s’est réjoui le ministre en charge de l’enseignement supérieur. Il a, par ailleurs,  appelé les étudiants au sens de la retenue, soulignant que des dispositions ont été prises pour la reprise des cours et la tenue des évaluations. 
«Le gouvernement fera tout pour que la sécurité règne dans tous les campus du Burkina Faso. Les Universités vont également activer les conseils de discipline afin que ceux qui ont osé semer la désolation et la violence à l’université soient sanctionnés», a dit le ministre Maïga. Le Conseil a aussi examiné plusieurs autres dossiers. Au titre du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, le conseil a examiné les résultats de l’enquête nationale sur l’orpaillage au Burkina Faso. Selon le ministre de la Communication, le rapport de l’enquête réalisée au premier trimestre de 2017 fait ressortir 448 sites d’exploitation artisanale ou semi-artisanale enregistrés à travers le pays. Sur une production estimée à 9,5 tonnes d’or, seules 2,7 tonnes ont été achetées par des opérateurs affiliés à des comptoirs officiellement identifiés, foi du porte-voix de l’exécutif. «D’où les mesures prises par le gouvernement pour renforcer le dispositif sécuritaire dans les frontières afin de réduire l’exportation frauduleuse de l’or provenant de sites artisanaux», a-t-il conclu.     


Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr


400
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus