Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Projet mode Ethique Pour une promotion du textile artisanal

20/12/2017
20:27

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, a organisé la première session du comité de pilotage conjoint Burkina Faso/ Mali, du projet Mode Ethique, le vendredi 15 décembre 2017 à Ouagadougou.

Les acteurs de «Mode Ethique» ont échangé sur la méthodologie, les outils de travail et l’accompagnement de chaque partie prenante au cours de la première session du projet concernant le Burkina Faso et le Mali, le vendredi 15 décembre 2017 à Ouagadougou. Cette rencontre du comité de pilotage a marqué le point de départ de la mise en œuvre de la deuxième phase de l’initiative « Mode Ethique » du centre du commerce international du Burkina Faso et du Mali. Selon la représentante du ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat du Burkina Faso, Hadja Sory/ Ouattara, avec un budget de 10 millions d’euros, ce second processus entend contribuer à la réduction de la pauvreté. «Il va permettre à des artisans marginalisés de pays en voie de développement de s’insérer dans le marché international du «life style » qui comprend entre autres la mode, la décoration et les industrie créatives», a-t-elle soutenu.  Elle a ajouté que ce projet vise aussi à apporter une réponse à la problématique de l’immigration.  Mme Ouattara a fait savoir que le coton est la principale culture de rente au Burkina Faso avec une production assurée par plus de 300 000 personnes. «Cependant, son niveau de transformation est faible, la quasi-totalité du coton est exportée sous forme de fibres, privant ainsi l’économie nationale de la plus-value qui aurait pu générer des activités», a regretté la représente du ministre. C’est pourquoi, pour elle, l’Etat burkinabè a entrepris de nombreuses initiatives pour encourager la production artisanale du coton et a confirmé la place de ce secteur parmi les leviers stratégiques de son développement à travers le PNDES. Dans la même veine, elle a exprimé sa satisfaction quant à la mise en œuvre du projet car il va aider des milliers d’artisans majoritairement des femmes. Mettant en exergue le rôle que l’artisanat joue dans l’économie nationale, elle a exhorté les artisans à s’approprier ce plan et à saisir toutes les opportunités qu’il offre pour renforcer leurs capacités.
De l’avis du représentant de l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) auprès du Burkina Faso, Thierry Barbe, le projet vise à la promotion de l’entreprenariat avec un focus particulier sur les femmes et les jeunes. «Il va renformer la chaîne de valeur du tissage artisanal, de l’égrenage du coton jusqu’à la transformation du tissu en produit fini», a -t-il affirmé.  M. Barbe a souhaité que ce projet soutenu par l’UE puisse améliorer les conditions de vie et créer un futur meilleur au Burkina Faso. Dans la même lancée, le représentant de la ministre en charge du commerce du Mali, Elmedi Ag Hamaty, a estimé que le renforcement de la production artisanale de qualité peut être un moyen pour promouvoir l’emploi. Ce projet va développer un partenariat sur l’autonomisation des artisans à travers un renforcement de capacité organisationnel et matériel, la valorisation des savoir- faire dans le tissage, le bogolan et la bijouterie au Mali. La première phase du projet qui s’est exécutée sur la période 2013-2016, a permis d’engranger des acquis notamment, l’accompagnement des artisans.


Mariam SOMDA/OUATTARA
mariaouatt11@yahoo.fr


120
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

15/07/2018 20:03
08/07/2018 21:01
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus