Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Développement économique et social: Des partenaires techniques et financiers déclinent leurs appuis

21/12/2017
23:09

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a eu une séance de travail avec une délégation de la Banque mondiale et de la Société financière internationale sur leurs nouvelles contributions au développement du Burkina Faso, le jeudi 21 décembre 2017, à Ouagadougou.

Le groupe de la Banque mondiale (BM) et son institution dédiée au secteur privé, la Société financière internationale (SFI), entendent poursuivre leur appui au développement du Burkina Faso. Durant deux heures d’horloge, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a eu une séance de travail sur la question avec une délégation de ses deux institutions, le jeudi 21 décembre 2017, à Ouagadougou. A l’issue des travaux, le représentant-résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, Cheick Fantamady Kanté et le responsable de la stratégie, Département Afrique subsaharienne, Franck Armand Douamba, ont décliné les grandes lignes de leurs stratégies de développement. Pour Cheick Fantamady Kanté,  la Banque mondiale va apporter son appui aux secteurs porteurs de croissance et de création d’emplois. Le deuxième axe, a indiqué le représentant-résident, concerne les domaines de l’éducation, de la santé et l’action sociale pour les plus vulnérables. Il y a également les secteurs transversaux, a-t-il ajouté, tels que la gouvernance, le genre, la gestion des ressources naturelles et le foncier. La Banque mondiale, selon M. Kanté, a déjà contribué au développement économique et social du Burkina Faso à près de 700 milliards de F CFA. La nouvelle enveloppe financière, a-t-il dit, sera déterminée par le gouvernement lui-même à travers ses projets et programmes. Quant à Franck Armand Douamba, il a souligné que la SFI va accompagner le « pays des Hommes intègres » dans les domaines des infrastructures, de l’agro-industrie, à l’amélioration du climat des affaires avec le renforcement de l’inclusion financière. Au niveau de l’agro-industrie, le responsable de la stratégie de la SFI a laissé entendre que l’accent va être mis sur le développement des chaînes de valeurs, des moyens de productions, en incluant les producteurs et les agriculteurs et des moyens de consommations. «Au niveau des infrastructures, nous allons travailler avec le gouvernement concernant les volets de l’énergie, des transports, etc», a-t-il déclaré. S’agissant de l’amélioration du climat des affaires, M. Douamba a affirmé que la SFI et la BM vont travailler de concert pour relever les défis à travers des réformes et la priorisation de la finance digitale. Interrogé sur la question de l’enveloppe financière de la SFI, Franck Armand Douamba a signifié que sa structure œuvre à stimuler les flux d’investissements du secteur privé vers le Burkina Faso. 


Boukary BONKOUNGOU
bbonkoungou@gmail.com








61
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus