Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

ANRSN : L’autorité de radioprotection implique la douane

26/12/2017
19:52

L’Autorité nationale de radioprotection et de sûreté nucléaire et la direction générale des douanes  ont signé, le jeudi 21 décembre 2017 à Ouagadougou, un protocole d’accord pour le contrôle du mouvement transfrontalier des sources de rayonnements ionisants.

La direction générale des douanes et l’Autorité nationale de radioprotection et de la sûreté nationale (ANRSN) veulent unir leurs forces pour la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre les effets néfastes liés à l’utilisation des rayonnements ionisants. A cet effet, elles ont signé le jeudi 21 décembre 2017 à Ouagadougou, un protocole d’accord pour mener à bien la lutte. Selon le directeur de l’ANRSN, Martial Zoungrana, le protocole d’accord signé avec la douane est important et nécessaire. Car à l’entendre, c’est sa structure qui s’occupe de la règlementation de l’utilisation des rayonnements ionisants à l’intérieur du Burkina Faso. Il a fait savoir que tout appareil entrant dans le pays, doit obligatoirement passer par la douane, la première barrière. Elle est pour lui, l’une des principales actrices de la protection de la population et de l’environnement contre les rayonnements ionisants. "C’est l’ANRSN qui s’occupe de la règlementation de tout dispositif émetteur de rayonnement ionisant. La douane étant la première barrière, il était important que les deux structures puissent unir leurs forces pour la protection des hommes, des biens et l’environnement”, a-t-il dit. M. Zoungrana a expliqué que l’ANRSN souhaite l’accompagnement de la douane pour être plus vigilante afin d’empêcher toute source qui entre sur le territoire sans autorisation. 

Etre vigilant aux frontières

"S’il y a des sources de rayonnements ionisants qui rentrent dans le pays sans autorisation, que la douane nous saisisse pour vérification afin de voir si c’est dangereux ou pas car nous sommes en train de travailler à plus nous sécuriser”, a-t-il ajouté. Le directeur a souligné que sur le territoire national, il y a beaucoup de sources émetteurs de rayonnements ionisants, notamment dans les hôpitaux, les mines, les industries, etc. En plus de la présence de ces sources, il a indiqué qu’ils ont besoin à chaque fois de les  inspecter.
 Le directeur général des douanes, Adama Sawadogo a souligné l’importance de la signature de ce protocole, parce qu’à l’entendre, les douanes sont la première administration en contact direct avec les frontières. Il a noté qu’il est nécessaire que cette administration soit suffisamment sensibilisée à la dangerosité de ces sources, par la suite, protéger les autres. "Nous avons prévu dès les premières semaines associer tous les collègues qui sont aux frontières et tous les différents responsables d’administration pour la conférence que l’ANRSN va animer”, a promis le DG des douanes. L’actualité aujourd’hui, selon lui, indique qu’avec le terrorisme, il faut se préparer pour apporter une contribution et une protection non seulement pour les agents et aussi pour la population. Les rayonnements ionisants font partie du spectre des rayonnements comme les ultrats violets, les ondes hertziennes et se présentent sous forme de particules (Alpha, beta ou neutron). Ils sont soit naturels ou artificiels et sont utilisés dans divers domaines d’activités (médical, agricole, industriel, recherche, élevage, etc.)

Elélé KANTORO


79
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

15/07/2018 20:03
08/07/2018 21:01
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus