Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
G5-Sahel : Un fonds fiduciaire mis en place//Burkina : Le budget du ministère de la Sécurité en 2017 était de 60 milliards de FCFA dont 40 milliards destinés au payement des salaires. (Simon Compaoré).
Flash info :

Sport: 2017, bonne récolte pour les Etalons

01/01/2018
18:07

Les sportifs burkinabè se sont bien comportés dans la plupart des compétitions où ils ont pris part au cours de l’année 2017. Ils ont fait résonner le Ditanyé dans différentes aires de jeu un peu partout dans le monde.  Rétrospective d’une année riche en lauriers.

Les Etalons footballeurs ont montré la voie à suivre aux autres disciplines en ce début d’année 2017. A la faveur de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) organisée par le Gabon du 14 janvier au 5 février 2017, Charles Kaboré et ses coéquipiers ont surpris plus d’un. Dans un groupe A où ils étaient tout sauf des favoris, ils ont su déjouer les pièges du pays-hôte, le Gabon (1-1), du Cameroun (1-1) et de la Guinée Bissau (battue 2-0) pour s’ouvrir les portes des quarts de finales. A ce niveau de la compétition, les Aigles de Carthage de la Tunisie n’ont pu rien faire face à la furie des poulains de Paulo Duarte. 2-0 a été la défaite qu’ils ont concédée. Face à l’Egypte en demi-finale, les Etalons dominateurs et séduisants ne pouvaient rien face au facteur chance qui avait déjà choisi son camp. 

Après un score nul (1-1) à l’issue du temps règlementaire, suivi des prolongations, les Etalons sont tombés après l’épreuve des tirs au but 4-3. Ils ont fait main basse de la petite finale en l’emportant face aux Back Stars du Ghana 1-0. Après la biennale du football, les Etalons ont failli écrire une autre page du football burkinabè. Pour les éliminatoires de la coupe du monde Russie 2018, ils ont longtemps mené la danse dans leur poule (D) composée du Sénégal, du Cap-Vert et de l’Afrique du Sud avant de céder à la dernière ligne droite du marathon. La bonne forme du début d’année 2017 des Etalons A a aussi contaminé les Etalons locaux. Engagée dans la course pour les éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), le sort a placé un géant du football africain, le Ghana, devant l’équipe locale du Burkina Faso. 

Avec un stratège de la trempe de Drissa Malo Traoré dit Saboteur, les Etalons locaux ont mis tout le monde d’accord en allant éliminer les Blacks Stars locaux sur leur base (2-1) après un nul (2-2), compromettant à Ouagadougou. Ils ont obtenu pour cet exploit leur ticket pour la phase finale de la compétition prévue au Maroc du 13 janvier au 4 février 2018. Si les équipes nationales vont bien avec les bonnes performances, cela contraste avec le comportement des clubs, censés être le socle des Etalons, toutes catégories. En effet, en 2017, les représentants burkinabè en campagne africaine interclubs n’ont pas dérogé à la règle : élimination dès les premiers tours. Le Rail Club du Kadiogo (RCK) après avoir passé le cap des Diables noires du Congo (victoire 3-0 à Ouagadougou et battus 1-0 au retour) a été impuissant face à l’USM d’Alger (0-1. 2-0). Reversé en coupe CAF, il n’a pas fait mieux puisque éliminé par le club sportif Sfaxien de Tunis (1-2. 2-0). L’AS SONABEL, elle, a fait un aller-retour à Abidjan face au Sporting Club de Gagnoa. Après un match décevant (0-0) à Ouagadougou, les Electriciens ont été sévèrement battus au retour 3-0. 

Une première expérience en coupe du monde

L’année 2017 a aussi été marquée par la prestation bien remarquée des athlètes burkinabè aux Jeux de la Francophonie. Marthe Yasmine Koala par deux fois (saut en longueur et 100m haie) et Hugues Fabrice Zango (triple saut) ont fait résonner le Ditanyè, l’hymne de la victoire dans la capitale ivoirienne. D’autres athlètes comme Bienvenu Sawadogo ont aussi trusté le podium (médaille d’argent aux 400m). 

La bonne moisson est aussi venue de chez les lutteurs. N’eut été la concurrence acharnée des Sénégalais qui leur ont barré la route de l’or en finale, le Burkina Faso aurait pu améliorer son rang dans cette compétition francophone. Mais le pays des Hommes intègres peut bien s’enorgueillir car c’est la première fois que ses athlètes rentrent au bercail avec autant de médailles dans leur escarcelle dans cette compétition. Le seul bémol est que Hugues Fabrice Zango, qui était dans une forme olympique, n’a pu se rendre dans la foulée à Londres pour défendre ses chances aux championnats du monde d’athlétisme. 

Marthe Koala qui avait aussi réussi les minima pour être dans la capitale anglaise n’a pu s’aligner sur son épreuve favorite, l’heptathlon, car arrivé à Londres avec un petit retard. Chose impensable était la présence des juniors burkinabè au championnat du monde de handball qui a eu lieu à Alger. Certes les jeunes handballeurs partaient pour apprendre. Ils on été battus par tous leurs adversaires. Mais la découverte de cette épreuve a été une expérience enrichissante pour cette jeune équipe. Reste donc à la capitaliser et la fréquenter régulièrement pour rehausser le niveau de cette discipline au Burkina.  L’année passée a, par ailleurs, été celle des sports de combats burkinabè. Au Mali où s’est déroulé du 16 au 18 novembre 2017 le championnat d’Afrique des Nations de Vovinam Viet Vo Dao, les Etalons voshings sont montés sur le podium. Sur dix nations participantes, seul le pays-hôte a fait mieux que le Burkina Faso, sacré vice-champion d’Afrique. 

Un titre dû aux 9 médailles d’or, autant en bronze et les 7 en argent. En boxe, le Burkinabè, Patrice Sou Toké, a conservé pour la deuxième fois son titre de champion du Monde francophone de la catégorie World Boxing Council (WBC) le vendredi 14 juillet 2017 à la Maison du peuple. Les karatékas ont aussi valu des lauriers pour les sports burkinabè. Très dominateurs au TIKA Zone III, ils n’ont pas laissé une lueur d’espoir à la concurrence de les titiller. Ils ont fait main basse sur les principales épreuves et ont regagné la patrie, auréolés du titre de meilleure nation de la zone dans cette discipline. 

La quantité importante des lauriers remportés par les athlètes burkinabè au cours de l’année 2017 ont conduit les autorités à organiser au cours d’une matinée, une cérémonie de distinction. Cérémonie au cours de laquelle la nation a reconnu le mérite de ses sportifs médaillés d’or et a gratifié tous les sportifs qui se sont bien illustrés lors des compétitions internationales.

Yves OUEDRAOGO


296
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus