Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
G5-Sahel : Un fonds fiduciaire mis en place//Burkina : Le budget du ministère de la Sécurité en 2017 était de 60 milliards de FCFA dont 40 milliards destinés au payement des salaires. (Simon Compaoré).
Flash info :

Crise dans le secteur de l’éducation

03/01/2018
21:57

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a reçu en audience l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (UNAPESB), le mardi 2 janvier 2018 à Ouagadougou.

L’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (UNAPESB) s’inquiète pour le devenir de l’éducation nationale. Elle l’a fait savoir au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, au cours d’une audience, le mardi 2 janvier 2018.  « Avec le chef du gouvernement nous avons échangé sur les préoccupations des parents d’élèves et des étudiants sur les grèves récurrentes et l’incivisme en milieu scolaire et universitaire. Nous lui avons fait comprendre les craintes que nous, parents d’élèves ont au regard de ce phénomène que nous constatons depuis quelques semaines dans les écoles, lycées et universités », a confié le président de l’UNAPESB, Hector Ardent Ouédraogo. A l’issue de cette rencontre, a-t-il poursuivi, l’UNAPESB souhaite que la reprise des cours qui aura lieu, le 4 janvier soit plus sereine, qu’il y ait des évaluations afin que les choses reviennent à la normale. Comme actions, selon lui, l’UNAPESB a déjà rencontré les différentes coordinations régionales, les Associations des parentes d’élèves (APE) de base dans le sens de l’apaisement et de trouver des solutions idoines pour la reprise des cours scolaires et universitaires. « Nous avons demandé au Premier ministre de continuer le dialogue avec les acteurs sociaux. Il a promis de faire tout ce qui est à son pouvoir pour que les choses se passent au mieux », a affirmé M. Ouédraogo. Concernant les syndicats, a-t-il souligné, « nous avons rencontré la coordination nationale des syndicats de l’éducation avec qui, nous avons partagé les sentiments de crainte à une éventuelle année blanche et qu’à leur niveau, il faudrait qu’ils mettent un peu d’eau dans leur vin ». Ce,  pour que l’on ne connaisse pas des situations dommageables au  système éducatif national.

Kowoma Marc DOH
kowomadoh@gmail.com






365
Partager sur Facebook

Commentaires - Ajouter un commentaire - Voir tous les commentaires (1)
Posté parZerbo Ousmane - 04/01/2018 à 10:22:13
je suis un elève de la classe de Terminal au LNB et la grêve des enseignant que l'Etat neglige de surcroit nous penalise vraiment psychologiquement! ça nous met serieusement en retard C'est juste p...

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus