Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
SNC Bobo : La 19e édition se tiendra 24 au 31 mars 2018.//SNC Bobo 2018/Thème : « Sauvegarde des valeurs culturelles : enjeux et défis ».//Le cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février.
Flash info :

Les coiffeurs burkinabè, vainqueurs au concours Africanova à Abidjan

13/02/2018
21:57

Les coiffeurs burkinabè, vainqueurs au concours Africanova à Abidjan

 

Kantigui a été informé de la participation de l’Association des coiffeurs et esthéticiens du Burkina Faso au concours Africanova à Abidjan en Côte d’Ivoire.  Pour ce rendez-vous qui a regroupé une dizaine de pays, le Burkina Faso a occupé le premier rang. Il s’agit, entre autres, du premier prix en coiffure artistique (trophée de l’intégration), des premier et deuxième prix en coiffure traditionnelle. En outre, le pays des Hommes intègres s’est positionné au sommet pour la mise en place du tout nouveau bureau de la Confédération africaine de la coiffure, l’esthétique, mode et beauté, en occupant le poste de secrétaire général. Kantigui salue cette performance et invite l’association à plus de travail pour maintenir le cap lors des prochaines éditions.

 ..................................................................................................................................................................................

Koudougou : une usine d’égrenage de coton biologique en gestation

 

Kantigui, fidèle à sa réputation d’être les yeux et les oreilles des lecteurs du journal de tous les Burkinabè, a eu vent de la tenue, le jeudi 15 février 2018, à Koudougou, d’un évènement d’envergure sur l’or blanc. Il s’agit du lancement du Salon international du coton et du textile (SICOT), qui aura lieu dans un grand hôtel de la cité du cavalier rouge. A cette cérémonie, en sus des allocutions, notamment celles de l’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB), de l’ambassadeur des Etats-Unis, il est prévu la signature d’un protocole d’accord entre l’Union nationale des producteurs de coton (UNPCB) et la nationale des fibres textiles (SOFITEX). Le clou de ce lancement sera la pose de la première pierre d’une usine d’égrenage de coton biologique. Cette usine en devenir, espère Kantigui, va aider à résorber la question du chômage dans cette ville, qui n’arrête pas de pleurer la «disparition» de l’emblématique Faso Fani. Ayant pleinement conscience de la place de choix que le pays des Hommes intègres accorde à la filière coton, Kantigui salue à sa juste valeur l’avènement du SICOT et du projet de construction de l’usine d’égrenage. Ces initiatives, comme bien  d’autres déjà existantes ou à venir, contribuent sans nul doute à faire rayonner davantage l’or blanc burkinabè.

 

...................................................................................................................................................................................

Le chef de l’Etat à l’écoute des clercs d’huissiers

 

Kantigui, qui s’était  fait le messager des clercs d’huissiers pour porter leur plaidoyer en vue de l’obtention d’un statut plus valorisant, la semaine dernière, a été ravi de constater une suite favorable. Ces assistants des huissiers de justice, qui  assurent au quotidien le suivi des dossiers et la rédaction des actes, ont été reçus, le mardi 13 février 2018 au palais de Kosyam, par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.  Les échanges, a appris Kantigui, ont donné lieu à des lueurs  d’espoir. Le chef de l’Etat aurait  promis, lors des échanges, de saisir le ministre de la Justice au sujet de la revendication des clercs, afin qu’une solution soit trouvée.  En effet, les intéressés nourrissent le secret espoir, depuis 1992, d’occuper les charges de commissaires-priseurs, ceux-là même qui sont commis à l’organisation des ventes aux enchères. Cette fonction est assumée cumulativement  de longue date  par les huissiers.   Et  l’horizon semblait se dégager,  a noté Kantigui,  avec le vote  de la loi  portant modification du statut des huissiers de justice à l’Assemblée nationale, le 5 décembre 2017. Malheureusement, l’amendement qui prévoyait que les clercs héritent du métier de commissaire-priseur, n’a pas été retenu dans le texte final promulgué, douchant  ainsi  leurs espoirs. D’après les sources de  Kantigui, l’Etat préférerait  créer le corps des commissaires-priseurs, qui n’existent pas encore  au Burkina, avant de trancher.  Une situation, qui a amené les clercs  à  donner de la voix  pour que les autorités trouvent une solution à leur éternel problème. Les choses semblent  donc sur la bonne voie, puisque le chef de l’Etat a porté une oreille attentive à la préoccupation des  « bras droit » des huissiers.   

 

Kantigui

 



384
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/02/2018 19:52
11/02/2018 22:19
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus