Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Lutte contre le VIH/Sida : les principaux défis de l’OMS

05/03/2018
18:13

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a libellé quatre principaux défis à relever par la communauté mondiale lors de la Conférence internationale sur le Sida à Durban en Afrique du Sud, du 18 au 22 juillet 2016. L’Organisation souligne à travers cette déclaration, la nécessité de redoubler d’attention sur la prévention, tout en maintenant la dynamique de l’extension de l’accès au traitement. Elle signale également l’émergence croissante de la résistance aux médicaments antirétroviraux (ARV) et la nécessité d’un financement pérenne de la riposte mondiale.

«Les progrès énormes sur le VIH, notamment en matière de traitement, sont l’un des grands succès de la santé publique de ce siècle», a déclaré la directrice générale de l’OMS, Dr Margaret Chan. « Mais ce n’est pas le moment de relâcher la vigilance. Si le monde veut atteindre le but de mettre fin au Sida d’ici à 2030, il doit étendre et intensifier rapidement ses efforts », a-t-elle précisé. À l’échelle mondiale, les progrès en matière de prévention du VIH sont au point mort. En 2015, il y a eu 2,1 millions de nouvelles infections, à peine moins que les 2,2 millions en 2010. Dans certaines régions et dans certains groupes de population, leur nombre augmente. Dans certains endroits où l’épidémie avait été maîtrisée, par exemple dans certaines populations urbaines d’hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, l’épidémie réapparaît. En 2014, 35% des nouvelles infections par le VIH dans le monde se sont produites chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les professionnels du sexe et leurs clients, les personnes transgenres, celles qui s’injectent des drogues et les détenus dans les prisons. En Afrique orientale et australe, les filles âgées de 10 à 19 ans demeurent particulièrement vulnérables et touchées par l’infection. Pour faire baisser le nombre des nouvelles infections, il faut s’attaquer aux obstacles sociaux et juridiques qui empêchent l’accès aux services du VIH pour de nombreuses personnes. Cela signifie d’adapter les programmes de prévention de façon à ce que les services souhaitables couvrent les groupes les plus vulnérables et les plus affectés, en veillant à ce que chaque individu ait facilement accès aux méthodes qui fonctionnent, en particulier pour la personne en question. L’OMS relève que l’amélioration de la prévention passera par un investissement stratégique des pays dans les approches ayant le plus d’impact, par exemple en exploitant de nouvelles interventions, comme la prophylaxie préexposition (PrEP) – qui consiste à utiliser les médicaments antirétroviraux pour protéger les personnes exposées à un risque élevé d’infection par le VIH. L’Organisation insiste aussi sur l’importance de revitaliser des approches qui existent depuis longtemps et ont fait leur preuve, comme la promotion des préservatifs et de maintenir la dynamique en faveur de la circoncision médicale des hommes dans les 14 pays les plus touchés d’Afrique orientale et australe, où, fin 2015, 11,7 millions de circoncisions médicales volontaires avaient été pratiquées.  Parallèlement, les pays doivent dispenser ces services avec plus d’efficacité afin de couvrir davantage de personnes à moindre coût en intégrant la prévention du VIH dans les services de santé sexuelle et reproductive.

Traitement

En prévention de la morbidité et de la mortalité, l’OMS recommande depuis 2015 de mettre sous traitement antirétroviral (TAR) le plus tôt possible toute personne chez qui on diagnostique le VIH. L’adoption de la politique de l’OMS du « Traitement pour tous » a été rapide. Sa mise en œuvre a été facilitée par les progrès spectaculaires récents des traitements antirétroviraux utilisés, avec la prise d’un seul comprimé sûr et bien toléré par jour. Le traitement sauve des vies. La preuve, les décès liés au Sida ont baissé de 45% depuis le pic de 2005 et de 26% depuis 2010.
L’extension du traitement du VIH contribue aussi à réduire la transmission.  Mais il reste de nombreux défis. Plus de 40% des personnes vivant avec le VIH ignorent toujours qu’elles sont infectées, ce qui souligne la nécessité d’accéder facilement à des services de dépistage qui soient simples et financièrement abordables.
L’auto-dépistage donne la possibilité à davantage de personnes de faire le test, en particulier celles qui sont réticentes à faire appel aux services de santé.  Il faut également adapter les programmes de traitement pour en faire bénéficier les personnes qui ont des réticences à se présenter et veiller à ce que celles-ci trouvent le soutien d’une gamme complète de services communautaires, tout en procédant à un renforcement général des systèmes de santé, de façon à ce que les patients puissent bénéficier de tous les services de santé au-delà du VIH.

Résistance aux médicaments

Le dernier rapport de l’OMS sur la résistance du VIH aux médicaments (2004-2008) montrait que 5 % des personnes sous Traitement anti retro viral (TAR) étaient résistantes à au moins un médicament antirétroviral. L’Organisation surveille les tendances et note avec inquiétude les indications d’une émergence de la résistance qui devient une menace plus nette dans certains pays et certaines populations.
Pour cette raison, l’OMS a lancé un rapport sur les indicateurs précoces de la résistance du VIH aux médicaments (Early Warning Indicators of HIV drug resistance) à Durban (NDLR : Semaine du 15 au 22 juillet), afin d’aider les pays à surveiller les facteurs pouvant contribuer à ce problème. On trouve dans ces facteurs programmatiques l’observance du traitement, la fidélisation dans les services, les interruptions dans l’approvisionnement en médicaments antirétroviraux à cause des ruptures de stocks et la mauvaise qualité des services de traitement.
Le rapport décrit les mesures à prendre par les pays pour identifier rapidement les problèmes et agir sans délai pour éviter les résistances aux médicaments. Avec l’extension continuelle des traitements, les pays devront rester vigilants pour veiller à assurer la qualité des services de traitement, afin de réduire au maximum l’émergence des résistances. Pour combattre cette menace, l’OMS élabore un plan d’action mondial pour lutter contre la résistance du VIH aux médicaments, appelant les pays à poursuivre la surveillance afin de garantir une action rapide.

Financement d’une riposte durable

Le programme de développement en extension croissante, l’évolution des priorités des donateurs et les menaces continuelles sur l’économie mondiale sont autant de défis pour le financement des efforts visant à mettre fin au Sida. Il sera important de veiller à la reconstitution complète du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme en septembre.
Les pays à revenu intermédiaire seront confrontés à des défis particuliers pendant le passage d’un financement externe à un financement principalement national de leurs services pour le VIH et plus largement, de tous leurs services de santé.
Dans le même temps, les pays devront aligner les ripostes contre le VIH sur les efforts plus larges en vue d’atteindre la couverture sanitaire universelle et l’accès à la protection sociale. Cela leur imposera de dégager davantage de fonds pour la santé en général, par exemple par une taxation générale et de mettre en place de solides mécanismes de financement permettant à chaque individu de bénéficier des services dont il a besoin sans subir de difficultés financières.
Il sera également essentiel d’améliorer le rapport coût-efficacité et l’efficience. Un moyen d’y arriver consiste à faire baisser les coûts des médicaments et des autres produits de base.
Un autre est d’intégrer davantage les services du VIH dans le système de santé général et de tirer le meilleur parti des plateformes communes, comme l’information stratégique, les ressources humaines, les achats et la gestion des approvisionnements.

Gaspard BAYALA
Source : http://www.who.int



19
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

25/06/2018 03:42
17/06/2018 19:21
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus