Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Entrepreunariat féminin: Les "leaders africaines" dévoilent leurs ambitions

08/03/2018
13:46

L’association African Women Leaders a dévoilé, le samedi 3 mars 2018, à Ouagadougou, son plan d’activités de l’année en cours, en faveur de l’autre moitié du ciel. 
L’année 2018 ne sera pas de tout repos pour l’association African women leaders (AWL). Elle a concocté un « vaste programme d’activités » en faveur des femmes qu’elle a rendu public, le samedi 03 mars 2018, dans la capitale. 
Tout commence, le 10 mars prochain, par une course cycliste féminine dénommée « la pédale de l’espoir » et élargie aux jeunes filles de 14 à 17 ans, à partir de la présente édition. 3e du genre, cette  activité sportive a été instaurée pour magnifier la femme battante et entreprenante, à l’image de celles qui sont constituées en association pour mener des activités rémunératrices de revenus, a expliqué la secrétaire générale de AWL, Amina Salembéré. 
« La course cycliste n’est pas la principale activité, c’est plutôt le renforcement des capacités des organisations féminines … », a-t-elle relevé. Ainsi, il sera organisé plusieurs sessions de formations à l’endroit des dames, regroupées au sein des structures. Pour Hermanne Coulibaly, présidente de African women leaders, les associations de femmes ont du savoir-faire et des compétences, mais elles manquent d’encadrements et de confiance. A l’en croire, les ateliers de formation ont pour objectif de renforcer les connaissances des associations féminines en matière de leadership et d’entrepreunariat communautaire. En partenariat avec d’autres associations, AWL ambitionne de former 1 000 femmes évoluant dans le secteur informel et en milieu rural. Mme Coulibaly en est convaincue : « Avec un petit plus, les femmes pourront faire des merveilles ». 
Pour une implication effective de leurs consœurs, les « femmes leaders africaines » comptent mettre un point d’honneur sur l’information et la sensibilisation. A cet effet, elles veulent  lancer un projet nommé « Moussoro » (foulard en langue nationale dioula), dont la première phase consistera à créer un Magazine numérique. « Cette plateforme numérique servira de cadre de partage d’expériences et de promotion des lois et ratifications en faveur des femmes, notamment sur les questions de discrimination », a indiqué Hermanne Coulibaly. A travers ce créneau, les femmes seront également, initiées aux des technologies de l’information et de la communication, ne serait-ce que pour mieux utiliser des téléphones-portables. 

Djakaridia SIRIBIE 


99
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

25/06/2018 03:42
17/06/2018 19:21
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus