Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Projet sésame : mieux rentabiliser la filière au Burkina Faso

13/03/2018
19:08

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, a lancé le Projet de commercialisation et d’exportation du sésame, le mardi 27 février 2018 à Passakongo, dans la commune de Dédougou. D’un coût de plus de 13 milliards de F CFA, ce projet couvre les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et de l’Est.

Le sésame est le deuxième produit agricole d’exportation au Burkina Faso, après le coton. Il constitue à cet effet une source de revenus pour les producteurs, les exportateurs et transformateurs. Le ministre en charge de l’agriculture, Jacob Ouédraogo, a lancé le projet de commercialisation et d’exportation du sésame, le mardi 27 février 2018 à Passakongo. Le projet couvre les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et de l’Est. Le coût s’élève à plus de 13 milliards de F CFA. Selon M. Ouédraogo, les recettes de l’exportation ont été évaluées à plus de 350 milliards de F CFA de 2010 à 2016, hissant ainsi le Burkina Faso au quatrième rang mondial des pays exportateurs de sésame derrière l’Ethiopie, l’Inde et le Soudan. Cependant, cette filière se trouve confrontée à quelques contraintes qui se répercutent sur la chaîne de valeur du produit, a dit le président de l’Union régionale des producteurs de sésame de la Boucle du Mouhoun, Elisée Sama. Il s’agit notamment de la difficulté d’accès aux crédits et aux intrants de qualité, du faible niveau de professionnalisme des acteurs, et de l’absence d’une organisation dans le volet commercialisation. C’est pour accroître les capacités de la filière sésame afin de répondre aux normes de qualité de l’exportation et améliorer les relations vendeurs-acheteurs, que le département d’agriculture des Etats-Unis d’Amérique, à travers l’ONG Lutheran World Relief (LWR), a décidé de mettre en œuvre le Projet de commercialisation et d’exportation du sésame au profit des producteurs de la filière. Ce projet entend toucher pendant cinq ans, 509 000 bénéficiaires, dont 90 000 bénéficiaires directs dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et de l’Est, selon le vice-président des opérations internationales de LWR, Michael Watt. Il a indiqué que pendant les cinq années de mise en œuvre du Projet, les pratiques agricoles, les montants de vente et la qualité du sésame seront améliorés.
 
Sortir les ménages de la pauvreté

Aussi, le Projet contribuera à augmenter la capacité de stockage des organisations productrices de sésame, à offrir des services financiers, et à favoriser des investissements publics et privés. Enfin, un plaidoyer sera fait auprès des autorités pour l’amélioration du cadre réglementaire de la filière sésame au Burkina Faso. « Un accent sera mis sur l’équipement et l’investissement, afin d’assurer de meilleures conditions d’exportation de la chaîne de valeur, depuis la production jusqu’à la mise en marché du sésame destiné à l’exportation », a indiqué le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo dans son discours de lancement du Projet. Pour sa réussite, le ministre a appelé les différentes parties que sont les producteurs, les commerçants et les transformateurs, à s’impliquer à tous les niveaux. Aux responsables du Projet, M. Ouédraogo a demandé de « veiller scrupuleusement à la participation active des différents acteurs concernés à tous les niveaux de mise en œuvre du Projet ». Renouvelant l’engagement du peuple américain à soutenir le Burkina Faso dans la lutte contre la pauvreté, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso, Adrew Young, a invité les bénéficiaires du Projet à travailler la main dans la main, afin d’améliorer les conditions de vie des gens, en particulier des ménages pauvres et vulnérables. A la fin de la cérémonie de lancement des activités du Projet sésame, les autorités ont procédé à la pose de la première pierre du magasin de stockage, d’une capacité de 80 tonnes à Douroula, localité située à une trentaine de kilomètres de Dédougou, sur l’axe Dédougou-Tougan. Selon le secrétaire général de l’Union départementale des producteurs de sésame, Mamadou Koéta, ce magasin vient ôter « une grosse épine de leurs pieds ».

Kamélé FAYAMA





105
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 

> Chronique du vendredi




> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus