Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burkina Faso : le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré échangera avec l’opposition politique le jeudi 19 avril 2018 (CFOP).//Arabie Saoudite : Le Président du Faso,  Rock Marc Christian Kaboré assiste, ce 16 avril 2018 à  la clôture de l’exercice militaire dénommé «Bouclier commun du Golfe». //Procès putsch 2015 : l’audience a été renvoyée au mercredi 9 mai 2018.
Flash info :

Ziniaré : un gendarme et un béret rouge sur un ring

27/03/2018
22:09

Dans ses balades ce week-end, Kantigui est tombé sur une scène peu honorable pour les Forces de défense et de sécurité. Assis dans son coin, il a observé la scène avec désolation. En effet, un militaire est arrivé dans le maquis avec sa copine ainsi que d’autres amis. Mais la fille, de passage, attire les regards. Dans le même maquis était assis un gendarme qui sirotait sa boisson. 
A un moment donné,  ce dernier appelle « la charmante go » du militaire. Gentillement, elle s’excuse pour aller répondre. Et le pandore de lui dire d’appeler celui qui l’a amenée dans le maquis. La fille repart expliquer la situation à son homme qui se lève, mais au lieu de répondre à l’appel, engage un combat contre son vis-à-vis qui, aussitôt, réplique, sous le regard de la clientèle du maquis. Alors le gendarme dégaine son arme, menaçant d’amener le militaire à la brigade de gendarmerie. Malgré l’interposition des jeunes, le militaire a été conduit à la brigade de gendarmerie où il a passé la nuit. Il fut libéré le lendemain après que son père est venu demander pardon et l’intéressé s’est excusé. Kantigui regrette un tel comportement de la part de ceux qui doivent assurer la sécurité des Burkinabè. Cette scène que la hiérarchie doit travailler à éradiquer n’est, d’ailleurs, pas la première à Ziniaré. 
------------------------------------------------------------------------

Dédougou : difficile de payer les factures ONEA 
 
Arrivé le matin du vendredi 23 mars 2018 pour honorer ses engagements envers l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), agence de Dédougou, Kantigui fut accueilli par une longue file d’attente de clients qui voyaient en lui un sauveur. « Voilà ! Ça tombe bien. Nous voudrions que vous traduisiez notre mécontentement à qui de droit. Cela fait des années que nous n’arrivons pas à payer convenablement nos factures à cause des perturbations de leur réseau », lance un des clients tout énervé. Une autre voix féminine renchérit : « Et si tu n’arrives pas à payer dans les délais, à cause de ces perturbations, on t’applique des pénalités, ou au pire des cas on  te coupe l’eau pour défaut de paiement ». Se faisant le porte-voix de ces clients désemparés, Kantigui vient par ces lignes interpeller les responsables de la Nationale de l’eau afin qu’ils remédient à cette situation qui peine les contribuables de la cité de Bankuy.

-----------------------------------------------------------------------

Des démarcheurs véreux aux logements sociaux de Bassinko 

Il est revenu à Kantigui que des esprits malins se sont transformés en démarcheurs dans les attributions des logements sociaux de Bassinko, un quartier à la périphérie-Nord de Ouagadougou. 
Depuis plus de quatre ans, a confié la source de Kantigui, avant d’indiquer les logements à leurs bénéficiaires, ces derniers réclament d’abord la somme de 5000 F CFA. Sans ce passage à la caisse, il est impossible d’entrer en possession des clés. Pis, ils vont jusqu’à appeler certains bénéficiaires pour leur faire la proposition de les accompagner sur les lieux, même si le bâtiment n’est pas achevé. 
Ils le font, a-t-on soufflé à Kantigui, quand ils sont dans un besoin d’argent. Des paiements qui, de surcroît, ne donnent lieu à aucun reçu. « Le ministère en charge de l'habitat est-il au courant de cette pratique? Ces démarcheurs sont-ils des fonctionnaires de l'Etat qui perçoivent de l'argent pour service rendu? », s’interroge une des sources qui cherche à mieux comprendre.

---------------------------------------------------------------------

Le football féminin mobilise à Zorgho

Kantigui, dans ses multiples déplacements à travers le pays, était à Zorgho, chef-lieu de la province du Ganzourgou, le samedi 24 mars 2018. Il a constaté un attroupement monstre dans un espace public jouxtant le marché de volailles. Curieux de savoir ce qui se passait, il est allé à l'information. C'est là qu'il a appris, de sources bien introduites, qu'il s'agissait de la finale d'un tournoi maracana de football féminin. A en croire les sources de Kantigui, la compétition a été lancée le 10 février passé et 15 équipes y ont pris part. 
La finale a opposé l'équipe des Amazones à celle du lycée provincial de Zorgho. Kantigui qui aime le football était impatient de voir ce que les filles allaient donner comme spectacle. Il a alors été émerveillé par les gestes de ces joueuses qui ont rivalisé d'ardeur et d'adresse. Les 2 fois 20 mn se sont achevées par un score nul de 0 but partout. 
C'est aux tirs au but que les Amazones ont vaincu leurs adversaires, devenant ainsi les championnes de la première édition de cette compétition organisée par l’Association Sagl-Taaba de Zorgho. Kantigui a aussi appris que cette compétition organisée par l’Association Sagl-Taaba de Zorgho a permis aux organisateurs de détecter des talents en vue de la formation d'une équipe féminine provinciale de football pour rivaliser avec d'autres équipes à l'intérieur du pays. Au regard de la mobilisation du jour, Kantigui salue les initiateurs et leurs accompagnants et souhaite que cela ne s'arrête pas en si bon chemin. 


Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(226) 25 31 22 89



1 889
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

15/04/2018 21:32
08/04/2018 19:58
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus