Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Un compromis historique

17/06/2018
19:21

Un compromis historique

C’est une avancée significative, voire révolutionnaire. Le Burkina Faso a franchi un pas de géant, dans la quête d’une gouvernance plus vertueuse de sa fonction publique, basée sur la méritocratie, la conscience professionnelle, le sens du service public, la compétence et l’équité. La conférence nationale des forces vives de la Nation sur le système de rémunération des agents de l’Etat a jeté les bases d’un nouveau contrat social. Elle a formulé des recommandations consensuelles  portant sur le système de rémunération des fonctionnaires, la rationalisation des dépenses de l’Etat et les autres avantages servis aux agents, ainsi que les valeurs et grands principes devant régir la Fonction publique et réhabiliter l’autorité de l’Etat. Sans préjuger de la suite à donner aux conclusions des travaux par les parties prenantes, on peut affirmer, en toute modestie, que les forces vives sont parvenues à un compromis historique,  à l’image de celui qui a mis fin à la division de la péninsule italienne dans les années 1970. En effet, depuis les indépendances, l’on a assisté au Burkina Faso à des réformes partielles et fragmentaires de la Fonction publique, comme celles intervenues en 1959 (institution du système de notation),  en 1998 (révision et adaptation du système de notation), en 2005 (nouvelle révision du système de notation), 2014 (adoption d’une nouvelle grille indemnitaire des agents), 2015 (adoption de la loi 081 portant statut général de la Fonction publique et d’une nouvelle grille salariale après 18 ans de tractations).  A la faveur du forum sur le système de rémunération, la question a été posée dans une perspective holistique. Au-delà de la feuille de paie, la conférence a pris en compte toutes les facettes de la motivation du travailleur du secteur public et les valeurs cardinales qui s’imposent au serviteur de l’Etat. Le mérite revient, au premier chef, aux pouvoirs publics, qui ont su faire preuve de clairvoyance dans l’analyse de la situation, d’anticipation, de patience et de compromis. En associant toutes les couches et sensibilités du pays à ce débat national sur la Fonction publique, le gouvernement a voulu une concertation, la plus large possible, et surtout s’assurer qu’aucune intelligence contributive ne sera laissée de côté. C’est aussi le lieu de saluer l’engagement de ces organisations de la société civile, des cinq centrales syndicales et 21 syndicats autonomes,  qui ont  daigné y participer dans un sursaut de patriotisme et de réalisme.  Dans un climat ambiant de défiance mutuelle, ils ont su s’élever au-dessus des positions de principe, des différences d’approche et des capacités de mobilisation, pour mettre en avant, le devoir d’apporter leurs contributions à l’édification d’une administration publique moderne et efficace.  Ces nombreux chantiers de réformes ainsi ouverts sont de nature à permettre à l’administration d’opérer sa mue tant souhaitée. Parce que, pour une fois, les remèdes prescrits contre les maux de notre administration publique ne sont pas tombés d’un rapport soupçonneux commandité ou produit par l’Etat, mais ils ont été adoptés de commun accord, à l’issue d’une «concertation citoyenne». Pour une fois, ces mesures ne découlent pas d’injonctions supranationales qui s’imposeraient à tous. Ce sont autant de raisons pour lesquelles, nous devrions nous réjouir des conclusions du forum, qui pourraient nous sortir du piège sans fin des revendications-blocages-négociations-satisfactions-revendications. Il fallait  impérativement cette concertation nationale  pour envisager  l’avenir de la Fonction publique burkinabè avec sérénité.

Par Mahamadi TIEGNA


432
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

24/09/2018 02:12
16/09/2018 18:35
 

 

> Chronique du vendredi




> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus