Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Energies renouvelables: des communicateurs pour plus d'implication

10/07/2018
21:55

L’Association des journalistes et communicateurs pour les  énergies et le développement durable (JED), a tenu son panel de la 5e Journée des acteurs de la communication sur les énergies (JACE), le jeudi 5 juillet 2018 à Ouagadougou.

La situation de l’accès aux services énergétiques par les ménages ruraux surtout, n’est pas reluisante du point de vue de l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable (JED). Selon les derniers chiffres, le taux d’accès à l’électricité est de 21% contre un taux régional moyen de 40%. Plus dramatique, en milieu rural seul 3% des ménages sont électrifiés, a fait savoir le président de la (JED) Grégoire Bazié lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la Journée des acteurs de la communication sur les énergies (JACE), le jeudi 5 juillet 2018 à Ouagadougou. Placées sous le thème : « Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina Faso », ces journées visent à mutualiser les efforts et à trouver des mécanismes de renforcement de la desserte en énergie. Pour le président de la JED, Grégoire Bazié, au sortir de ce conclave, des pistes de collaboration, de partenariats entre les acteurs énergétiques et les sociétés minières sur des projets concrets devraient être dégagées.
Pour le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, le solaire constitue de nos jours une opportunité pour le Burkina Faso. Et par le biais du solaire, le prix du KW/H pourrait être à la longue réduit de 40 à 50%. C’est ainsi qu’il a invité les sociétés minières à s’engager dans la production électrique au profit des populations riveraines des zones dans lesquelles où elles sont implantées. En effet, les énergies renouvelables selon le ministre, vont permettre de favoriser plus d’accessibilité des populations en énergie car à ce jour, seule 20% des ménages a accès au jus précieux. « Le Burkina Faso a une puissance totale de 350 Mégawatts. Et plus de la moitié résulte de l’interconnexion avec la Côte d’Ivoire, ce qui fait que le pays détient le KW/H le plus cher de la sous-région », a dit M. Ouédraogo. En milieu rurale, a-t-il mentionné, des mécanismes urgents doivent être pris afin de permettre une meilleure électrification rurale et booster le développement endogène. Le ministre a ainsi salué l’initiative de l’association qui fait des efforts de sensibilisation aux énergies renouvelables et a déclaré que d’ici à l’horizon 2020-2025, le pays doit être leader en matière d’énergie solaire dans la sous-région. Du point de vue du président de la Chambre des mines, Tidiane Barry aucun développement n’est possible sans l’énergie. Il a indiqué que les sociétés minières dans leur ensemble ont conscience que l’accès à l’énergie est un enjeu majeur pour l’amélioration et la satisfaction des besoins fondamentaux des populations environnant les sites miniers. Ainsi foi du président, la dizaine de sites que compte le pays va emboîter le pas de la mine Essakane qui a déjà réalisé une centrale hybride solaire photovoltaïque. 


Gérard COULIBALY
Christelle GOMBRE (Stagiaire)



57
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 

> Chronique du vendredi




> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus