Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

A quand la création de la profession de commissaires-priseurs

10/07/2018
22:09

A quand la création de la profession de commissaires-priseurs ?

Depuis 1992, a constaté Kantigui, les clercs mènent sans relâche le plaidoyer auprès des autorités pour que le corps des commissaires-priseurs voie le jour. Très déterminés, ces agents, qui assistent les huissiers de justice dans leurs tâches quotidiennes, n’ont  pas encore obtenu satisfaction, mais ils continuent le combat. Ils disent être convaincus, a retenu Kantigui, que la création de cette profession pourrait aider à réduire le taux de chômage au Burkina Faso, par l’absorption de jeunes diplômés en quête d’emplois. Jusqu’à présent, la loi dispose que les fonctions de commissaires-priseurs, ceux-là même chargés de l’organisation des ventes aux enchères, sont assurées cumulativement par les huissiers de justice en attendant la création d’un corps spécifique. Mais les clercs qui avaient été reçus en février 2018 par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, nourrissaient le secret espoir de voir les lignes bouger assez vite. Ce d’autant plus que le chef de l’Etat, a noté Kantigui, avait promis d’instruire le ministre de la Justice à l’effet d’examiner la question. Que nenni !  Depuis lors, c’est toujours le statu quo, si bien que les clercs, dont  Kantigui a pu mesurer l’impatience, lancent à nouveau  un cri du cœur à qui de droit.

708 personnes démissionnent de 4 partis, pour rejoindre le CDP

Même si la ferveur des campagnes électorales est passée, les partis politiques ne sont pas pour autant au repos. Dans sa curiosité, Kantigui a aperçu un regroupement aux airs d’un meeting politique dans la cour de l’école primaire de Bissighin, le weekend. Voulant étancher sa soif d’information, il lui est revenu que c’est le CDP qui accueille 708 nouveaux militants qui auraient démissionné de quatre (04) partis politiques notamment le MPP, l’ADF/RDA, NTD et l’UPC. Il est revenu à Kantigui que les chefs de file de ces arrivants sont Issouf Sédégo, ancien directeur de campagne du MPP à la présidentielle de 2015 pour le secteur n°35 et El Hadj Moussa Ouédraogo, ex-secrétaire général de l’arrondissement n° 8 pour le MPP, tous de Ouagadougou. Kantigui se souvient toutefois que certains de ces démissionnaires sont des anciens militants du CDP qui sont de retour « à la maison après des aventures infructueuses ».

Hôpital de district de Bogodogo : les professeurs titulaires assurent la garde couchée

Présent à l’hôpital de district de Bogodogo pour apporter son soutien à une personne malade, Kantigui a aperçu un professeur titulaire bien connu dans le système de santé burkinabè dans un des services aux environs de 2h du matin. Etonné de voir ce fait « insolite » dans nos hôpitaux burkinabè, Kantigui a accosté un personnel soignant qui était de garde pour savoir si réellement il s’agissait bien dudit professeur. L’agent a confirmé que c’était bien lui et qu’aujourd’hui c’est son jour de garde. « C’est notre chef de service aussi », a fait savoir l’agent de garde. En effet, l’informateur de Kantigui a indiqué qu’à l‘hôpital de district de Bogdogo, les médecins spécialistes prennent la garde couchée. Kantigui salue cette initiative des acteurs et des responsables de l’hôpital qui font ainsi preuve d’une volonté pour que « ces oiseaux rares et gourous de la santé » prennent effectivement la garde couchée pour le bonheur des malades. Kantigui reste convaincu que là où il y a la volonté, il y a le pouvoir. C’est pourquoi, il appelle les premiers responsables de l’hôpital à continuer dans ce dynamisme et souhaite vivement que cette pratique se pérennise et contamine les autres formations sanitaires du pays.

La convention d’une radio « pirate » renouvelée par le CSC

Le nouveau collège est vivement attendu au Conseil supérieur de la communication, surtout son président qui devrait se doter d'un esprit clairvoyant pour démêler les dossiers entrelacés de la maison. Le dernier en date, a ouï dire Kantigui, c'est la convention que vient de signer le vice-président Désiré Comboïgo avec une radio « pirate » située à Niangologo. En effet, il est revenu à Kantigui que ce média avait été épinglé lors de l'étude menée par le ministère de la Communication en juin 2018. Renseignements pris auprès du service compétent au CSC, la radio ARC Fm est absente de la base des autorisations. C'est pourtant l'une des radios qui a "renouvelé" sa convention le vendredi passé avec le CSC. Comment est-ce possible que le régulateur en arrive à cautionner une radio pirate, se demande Kantigui. En tous les cas, Kantigui craint que cette bourde ne soit l'œuvre de l'administration parallèle instaurée au sein de l’institution pour contourner les cadres existants. En attendant, la crédibilité du régulateur prend un coup avec ce nouvel impair administratif et réglementaire. C'est peu de le dire, les entorses administratives accumulées depuis février 2018 au CSC occuperont le nouveau maître des lieux. Et s'il lui reste du temps après ce combat, il devra adopter enfin le programme d'activités. 

La Chine populaire inaugure son ambassade demain à Ouaga

Il est revenu à Kantigui que la République populaire de Chine organise une cérémonie d’inauguration de son ambassade au Burkina Faso, demain jeudi 12 juillet 2018 à l’hôtel Laïco, à Ouaga 2000. Pour ce faire, l’ambassadeur de la Chine en Côte d’Ivoire Tang Weibin convie ses invités à 11h30mn au lieu indiqué. Kantigui, comme bon nombre de ses compatriotes, attend avec impatience le démarrage effectif de la collaboration entre la Chine populaire et le Burkina Faso, afin d’avoir une idée claire de ce qui est au programme à court et moyen terme. Kantigui se souvient qu’après 24 ans de relations diplomatiques, le Burkina Faso a rompu, le 24 mai dernier, avec la Chine Taïwan au profit de la Chine continentale.

La culture bissa magnifiéepar les femmes de Zigla-Polacé

Au détour d’une tournée en pays bissa, Kantigui a eu vent d’une semaine culturelle de l’Association Wussum cri des femmes de Zigla-Polacé, du 12 au 14 juillet prochain dans la commune de Garango. Kantigui salue surtout cette initiative parce qu’en plus de promouvoir la culture bissa, elle contribue à l’autonomisation et à l’épanouissement de la femme et à la sensibilisation des jeunes au rôle du citoyen dans le développement de sa localité. Pour sa part, Kantigui compte être de la partie et surtout danser le « Djéka », le « Maa » et le « Sari », au menu de la dizaine d’activités au programme.

Les acteurs de l’éducation de Ziniaré sous le feu des projecteurs 

Kantigui, de passage à Ziniaré, a ouï dire que la commune organise ce jeudi, sa journée communale de l’excellence à l’école primaire sous le thème : « Promouvoir la santé pour une éducation de qualité au service du développement local ». Pour cette journée qui vise à célébrer le mérite des acteurs de l’éducation de la commune de Ziniaré, ce sont au total 23 enseignants et 18 élèves qui seront honorés. Selon l’informateur de Kantigui, les meilleurs élèves recevront entre autres, des vélos, des bourses et des fournitures scolaires. Les trois meilleurs enseignants verront leurs efforts récompensés par une moto et un ordinateur portable chacun. La cérémonie sera placée sous le parrainage de de la présidente de l’ONG ASMADE. Une initiative que Kantigui salue car elle contribue à susciter une saine émulation entre acteurs de l’éducation afin de promouvoir une éducation de qualité. Kantigui joint sa voix à celles des autorités communales pour féliciter les lauréats.

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(00226)25 31 22 89



280
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

15/07/2018 20:03
08/07/2018 21:01
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus