Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Facilitation des actes de construire : Manga a désormais son centre

07/08/2018
20:20

La maison de l’Entreprise du Burkina Faso a inauguré un Centre de facilitation des actes de construire (CEFAC)  et un Centre de formalités des entreprises (CEFORE),  le samedi 4 août 2018 à Manga, dans la région du Centre-Sud. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Maurice Dieudonné Bonanet.

La Délégation consulaire régionale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (DRC-CCI-BF) du Centre-Sud vient d’ajouter de nouvelles cordes à son arc. Elle a, en effet, été dotée de deux structures chargées d’accompagner les maîtres d’œuvre et d’ouvrage ainsi que les acteurs du monde des affaires. Il s’agit d’un Centre de facilitation des actes de construire (CEFAC) et d’un Centre de formalités des entreprises (CEFORE) dont les activités ont été officiellement lancées, le samedi 4 août 2018 à Manga dans la région du Centre-Sud.  Dans son discours  inaugural, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Maurice Dieudonné Bonanet, a expliqué que ces structures, créées et soutenues par l’Etat visent à faciliter la formalisation des activités des entreprises et l’obtention des actes de construire. A l’entendre, l’innovation avec le CEFAC tient surtout du fait qu’en plus de rapprocher les services techniques des maîtres d’œuvre et d’ouvrage de la région, il leur offre la possibilité d’entrer en possession des documents administratifs nécessaires. A titre d’exemple, il a confié que désormais, le délai pour l’obtention de l’autorisation de construire passe de sept mois à 30 jours. Quant au coût, il passe de 700 000 F CFA à environ 40 000 F CFA pour les petits bâtiments et de 700 000 FCFA à environ 300 000 F CFA pour les bâtiments à niveau. Selon Maurice Dieudonné Bonanet, en consentant à ces efforts, le gouvernement s’est mis en devoir de combattre le phénomène grandissant d’effondrement des immeubles construits ou en construction et d’assurer plus de sécurité aux personnes et aux biens.

Des chantiers sans permis de construire à Manga

En ce qui concerne le respect de la règlementation dans le secteur de la construction, il a ajouté que de nombreux entrepreneurs, dans la ville de Manga s’illustrent surtout de la mauvaise manière. « Sur 20 chantiers contrôlés en septembre 2017 à Manga par la Direction générale du contrôle des opérations d’aménagements et de construction, aucun ne disposait de permis de construire », a-t-il déploré.
Ce faisant, il a donc appelé les maîtres d’ouvrage, en l’occurrence ceux engagés dans les chantiers du 11-Décembre, à rectifier le tir.
« Le temps est venu de mettre fin aux constructions illégales », a soutenu le ministre Bonanet. La seconde structure, le CEFORE a été, elle aussi, mise en place aux dires du « patron » du département en charge de l’urbanisme, pour pallier les difficultés d’accès aux documents administratifs dans le milieu entrepreneurial. Les registres du commerce et du crédit mobilier, le certificat d’immatriculation à l’identifiant financier unique, le certificat d’immatriculation aux services de sécurité sociale et la carte professionnelle de commerçant sont autant de pièces que les acteurs du monde des affaires du Centre-Sud éprouvaient des difficultés à avoir dans un délai limité, de l’avis du ministre. Grâce au CEFORE, cela relève désormais d’un mauvais souvenir, a fait comprendre Maurice Dieudonné Bonanet. Il a soutenu que la mission principale du Centre est de permettre aux usagers de se procurer ces documents rapidement et au même endroit.  « Aujourd’hui, en 72 heures, on peut créer une entreprise avec un capital de 5 000 FCFA. Cela est extrêmement important comme avancée », s’est réjoui Maurice Dieudonné Bonanet. 

Plus de 8 000 permis et autorisations de construire en dix ans.

Pour le représentant de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) et de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF), Moussa Traoré,  le gouvernement a vu juste en créant les premiers CEFORE et CEFAC, respectivement en 2005 et 2008. Les 12 bureaux CEFORE et les 8 bureaux CEFAC mis en place à travers le Burkina Faso avant ceux de Manga, a-t-il noté, ont engrangé des résultats probants. « En l’espace d’une décennie, ils ont contribué à créer 75 707 nouvelles entreprises et délivrer plus de 8 000 permis ou autorisations de construire », a renseigné M. Traoré. Tout en fondant l’espoir que les bureaux de Manga remplissent aussi pleinement leur mission, il a souhaité que les populations, les autorités administratives et politiques de la région du Centre-Sud, s’engagent résolument à accompagner les deux structures.
Une invite à laquelle le maire de la commune de Manga, Jérôme Timbila Rouamba, a répondu favorablement. Il a annoncé à ses hôtes, son entière disponibilité ainsi que celle de son conseil municipal à contribuer aux actions futures desdits centres. Du reste, le bourgmestre de Manga a traduit sa gratitude et sa reconnaissance au président de la CCI-BF, Mahamadi Savadogo, pour ses efforts incessants à l’endroit de la Délégation consulaire régionale de la CCI-BF du Centre-Sud.  En marge de la cérémonie de lancement des activités du CEFAC et CEFORE de la région du Centre-Sud, le ministre Bonanet s’est rendu sur les sites abritant les chantiers du 11-Décembre 2018. Il est allé constater l’état d’avancement des travaux et encourager les entreprises à livrer des infrastructures de qualité et à bonne date. A l’occasion, il a appelé les populations du Centre-Sud à faciliter le travail de l’ensemble des acteurs aujourd’hui engagés dans ces travaux.

Mamady ZANGO
mzango18@gmail.com


106
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE









> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus