Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Code électoral : La loi sera promulguée et s’appliquera, promet Simon Compaoré

07/08/2018
20:57

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé une conférence de presse, le mardi 7 août 2018, à Ouagadougou. Le président par intérim du parti, Simon Compaoré a échangé avec les journalistes sur le vote du code électoral et la polémique suscitée au sein de la classe politique.

Le code électoral voté le 30 juillet 2018 par l’Assemblée nationale ne cesse de créer la polémique au sein de la classe politique. C’est le sujet autour duquel le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a échangé avec la presse, le mardi 7 août 2018 à Ouagadougou. Pour le président par intérim du MPP, Simon Compaoré, le vote de cette loi est une victoire de la démocratie dans la concrétisation du droit de vote des Burkinabè de l’étranger. A en croire Simon Compaoré, l’option faite par le président du Faso dans ce dossier, a été l’inclusion à travers sa volonté d’impliquer l’ensemble des acteurs concernés afin de rechercher le consensus. « L’opposition politique réunie au sein du CFOP a même fait des propositions qui ont été prises en compte dans le dispositif final. Il s’agit par exemple de la prise en compte du passeport retenu comme l’un des documents électoraux pour les inscriptions et de vote. C’est avec étonnement que le MPP et ses alliés découvrent l’attitude ondoyante et versatile de l’opposition qui dit une chose aujourd’hui et l’inverse demain », a déploré Simon Compaoré. Il a indiqué que dans certains pays où résident les compatriotes, les cartes consulaires sont délivrées manuellement avec tout ce que cela comporte comme risques. C’est cette raison, de l’avis du président par intérim du MPP, que le choix a été fait d’écarter la carte consulaire afin de traiter tous les Burkinabè vivant à l’extérieur sur le même pied. Toutefois, a-t-il a ajouté, cette décision d’uniformisation ne remet nullement en cause la validité de la carte consulaire comme veulent le faire croire certains. « Comme l’a dit quelqu’un, les Burkinabè de l’intérieur et de la diaspora ne peuvent pas voter avec le permis de conduire, ce qui ne signifie pas qu’ils n’ont pas le droit de rouler librement sur les routes du Burkina Faso, du Mali ou du Togo », a relevé le conférencier.

« Même ceux qui ne peuvent pas casser une calebasse parlent…»

L’attitude de l’opposition, a-t-il poursuivi, n’est rien d’autre que de la politique politicienne et de la mauvaise foi.  Le conférencier a rassuré la diaspora burkinabè que des dispositions sont prises par le gouvernement en vue de dépêcher dans les différents pays où vivent les compatriotes, pour faciliter la délivrance des documents nécessaires pour participer au vote. L’opposition menace de se faire entendre pour faire reculer le pouvoir sur la question, quelle sera la réaction du MPP ? A cette préoccupation, Simon Compaoré a indiqué que son parti est serein. « Comme il y a la liberté d’expression au Burkina Faso, même ceux qui ne peuvent pas casser une calebasse parlent comme ils veulent. Le code électoral sera promulgué et s’appliquera aussi bien à l’opposition qu’à la majorité, aux Burkinabè de l’intérieur ainsi que de l’extérieur », a affirmé le conférencier. Quid des démissions au sein du MPP dans certains arrondissements de Ouagadougou ? « Il y a des gens qui se comportent comme des poules mouillées, mais nous sommes en ordre de bataille. C’est le terrain qui parle et non la manipulation », a soutenu le président par intérim du MPP, Simon Compaoré.

Lassané Osée OUEDRAOGO




250
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE









> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus