Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

La rentrée de tous les défis

26/08/2018
22:19

Septembre est (presque) là. L’heure de la rentrée a sonné pour les partis politiques en attendant celle des classes. Le landerneau politique national n’est pas habitué aux grands raouts qui ont souvent marqué le retour des vacances. Cette rentrée s’annonce des plus studieuses après des vacances qui n’ont laissé quasiment aucun répit au gouvernement sur les fronts dimensionnants de la sécurité et de l’accélération de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), ainsi que le suivi de la campagne agricole de toutes les espérances. Ce sont les premiers de cordée en cette rentrée politique qui interpellent au premier chef, le département de l’Economie et des Finances.  Le vote du budget 2019 interviendra dans un contexte plus ou moins favorable car les perspectives de croissance resteraient favorables et assez prometteuses sur la période 2018-2021 avec le maintien du dynamisme de l’activité économique durant l’année en cours. Si l’on parie sur une accalmie du front social au regard des efforts «immenses» consentis par l’Etat pour honorer ses engagements vis-à-vis des partenaires sociaux, la poursuite de la mobilisation des ressources nécessaires au financement des deux programmes majeurs du quinquennat présidentiel est un des défis de cette rentrée. En effet, le Programme d’urgence pour le Sahel (PUS-BF), d’un coût d’environ 155 milliards de F CFA est une réponse coordonnée au double défi sécuritaire et socioéconomique du nord du burkina avec un besoin de financement à mobiliser auprès des Partenaires techniques et financiers (PTF). L’autre réponse concrète du PNDES à la problématique du développement local, le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), a aussi besoin d’une mobilisation soutenue de ressources. D’un coût de 339 milliards de francs CFA, il est aussi financé à hauteur de 55% par les partenaires extérieurs. Tout porte à croire, du reste, que les réformes entreprises au sein du département et dont certaines ont pu crisper l’atmosphère au cours du premier semestre de l’année, se poursuivront avec plus de «sérénité». Ce qui permettra notamment de relever conséquemment les niveaux de recouvrement des ressources internes. Les défis de cette rentrée ne sont pas qu’économiques. Les réformes politiques, institutionnelles  (adoption de la Constitution), les dossiers judiciaires, le processus du vote des Burkinabè de l’extérieur se poursuivront avec une question en toile de fond : y a-t-il nécessité ou pas de toiletter le cadre institutionnel ?  A propos de la nouvelle Constitution et du vote de la diaspora, les questions principielles semblent être définitivement évacuées. C’est sur les aspects opérationnels que la diligence des différents acteurs se portera, le tout étant d’être techniquement prêts pour les échéances de 2019 et de 2020.   La recrudescence des attaques ciblées contre les FDS et récemment des convois d’approvisionnement, tout comme le dialogue social « responsable » et la réconciliation nationale appellent des réponses immédiates dès cette rentrée. Cela n’a d’ailleurs fait que remettre au goût du jour, les propos du président du Faso, le 16 juin 2017, lors de la deuxième session du cadre de concertation et du dialogue qu’il a eue avec les Organisations de la société civile : «Le rôle des OSC, ce n’est pas la prise du pouvoir d’Etat ; le rôle des OSC, ce n’est pas de faire la politique ; le rôle des OSC, ce n’est pas non plus de créer la division au sein des Burkinabè et de créer l’esprit de haine. De même, il ne nous appartient pas en tant que gouvernement, d’instrumentaliser les OSC en notre faveur. Chacun de nous a une ligne rouge à ne pas franchir».  
Somme toute, c’est une rentrée porteuse d’optimismes, à bien des égards, qui s’annonce si aucun aléa de quelque ordre ne survient.


Par Mahamadi TIEGNA



145
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 

> Chronique du vendredi




> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus