Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Promotion des droits de l’enfant au Burkina : Des OSC se familiarisent avec les mécanismes

11/09/2018
22:31

Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique organise du 11 au 13 septembre 2018, une formation sur les droits de l’enfant au profit de représentants d’Organisations de la société civile (OSC). 



Malgré les mécanismes de protection des enfants et les mesures pour promouvoir leurs droits au Burkina Faso, la frange jeune est toujours victime de violence de toutes sortes, notamment la maltraitance et l’exploitation, selon le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique. Face à ce tableau qui demeure assez sombre, le gouvernement burkinabè veut mettre davantage à contribution les Organisations de la société civile (OSC) œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfant. A cet effet, une session de formation est organisée à leur intention, du 11 au 13 septembre 2018 en vue de renforcer leurs capacités sur le terrain et de les rendre plus aptes à promouvoir et à défendre efficacement les droits de l’enfant au quotidien. « Violation des droits de l’enfant et rôle des OSC dans la promotion et la protection des droits de l’enfant » ; « Cadre juridique et mécanismes de promotion et de protection des droits de l’enfant »  et «  Enfance : historique, fondements et principes des droits de l’enfant », sont les thèmes qui seront développés au cours de cet atelier de 72 heures. La formation est assurée par des experts du domaine venus du ministère en charge des droits humains et un spécialiste de la petite enfance du département en charge de l’action sociale.  A l’ouverture des travaux et au nom du secrétaire général du ministère en charge de la justice, le directeur général de la promotion des droits humains, Bénéwendé Camille Tapsoba, a loué les efforts déployés par l’Etat burkinabè pour garantir la protection des enfants et promouvoir leurs droits et devoirs. Il a fait cas de la ratification des textes internationaux relatifs aux droits de l’enfant, tels que la Convention internationale relative aux Droits de l’enfant ratifiée le 31 août 1990 et la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant signée le 8 juin 1992 par le Burkina Faso. A cela, M. Tapsoba a ajouté l’adoption de nombreux textes législatifs et réglementaires portant protection de l’enfant en conflit avec la loi ou en danger. Ces lois, a-t-il indiqué, répriment des actes portant atteintes aux droits des enfants, notamment  la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des tout-petits. A cet arsenal juridique, se greffe selon lui, la création d’institutions chargées de la protection des enfants et du suivi de la mise en œuvre des droits de l’enfant comme le Secrétariat permanent du Conseil national pour l’enfance (SP/CNE). Autant de mécanismes avec lesquels les 25 participants, issus de diverses OSC vont se familiariser au terme des trois jours d’échanges et de partages d’expériences. Pour une meilleure acquisition des connaissances, l’approche participative a été adoptée comme méthodologie au cours de cette session. Il est également prévu à la fin de chaque module, une évaluation portant sur les connaissances assimilées, les attentes et l’appréciation du module par les participants. 


Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr
Amanda KOAMA
(Stagiaire)








11
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

24/09/2018 02:12
16/09/2018 18:35
 

 

> Chronique du vendredi




> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus