Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Attaques terroristes à l’Est

13/09/2018
20:25

L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a animé, le jeudi 13 septembre 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse sur la situation nationale, marquée par des attaques terroristes à répétition dans la région de l’Est.  

Les attaques terroristes non revendiquées dans la région de l’Est du Burkina Faso, qui ont fait de nombreuses victimes dans les rangs des Forces de défense et de sécurité (FDS), s’apparentent à «une véritable opération de déstabilisation». Telle est l’analyse faite par les premiers responsables de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) au cours d’une conférence de presse, animée dans la matinée du jeudi 13 septembre 2018 à Ouagadougou. Face à cette triste actualité pour le pays, le président de l’APMP, Me Bénéwendé Satanislas Sankara et ses camarades pensent que le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) est mal inspiré en appelant à une marche de protestation contre la gestion du pouvoir en place. Pour eux, l’heure doit être à l’union sacrée des Burkinabè pour soutenir les FDS qui ne ménagent aucun effort pour anéantir les terroristes dans leur funeste aventure. «Balayant du  revers de la main les acquis indéniables du PNDES, le CFOP fait de la surenchère dans l’unique but de créer les conditions d’un mécontentement de nos populations déjà durement éprouvées par les attaques  répétitives», a déclaré Me Sankara. A l’entendre, le CFOP est en train de perdre son attribut de «contre-pouvoir» pour travailler «contre le pouvoir». L’opposition, a-t-il martelé, est en train de «chercher la courte échelle pour accéder au pouvoir d’Etat», à travers ses agissements.

«Aucun sacrifice de trop»

Le conférencier principal a appelé au sens du patriotisme des Burkinabè  face à l’ennemi qui veut à tout prix saper le vivre-ensemble. «Face à cette grave menace pour la paix et la démocratie dans notre pays, aucun sacrifice ne saurait être de trop pour barrer la route à ces projets sanguinaires et terroristes. Quelles que soient nos différences politiques, nos divergences d’approche quant à la façon de construire l’avenir de notre pays, nous devons tous opposer un front commun contre l’ennemi terroriste qui n’hésite pas à tuer chaque jour, plusieurs de nos frères…», a lancé Me Sankara. Pour certaines langues, les renseignements sont «plus efficaces» pour déjouer les complots et non les attaques terroristes.  Ce n’est pas l’avis du président de l’AMP : «Les services de renseignements travaillent bien et sans distinction pour la sécurité du pays dans les limites de leurs moyens. Ce sont ces renseignements qui ont permis la neutralisation de la cellule terroriste au quartier Ranyongo de Ouagadougou», a répondu le conférencier.
Qu’attendez-vous de l’opposition ?  Me Sankara  a répliqué qu’elle doit être une force de proposition et jouer son rôle d’animation de la vie politique sans faire de la surenchère. Que dites-vous de la réconciliation nationale? «Elle doit se faire sur la problématique du dialogue politique dans le respect mutuel et la confiance, avec pour socle, le principe vérité-justice-réconciliation. La réconciliation ne saurait se faire dans l’instabilité», a indiqué le président de l’APMP. Quant à sa lecture de la proposition du Balai citoyen de surseoir au référendum pour l’adoption de la nouvelle Constitution,  Me Sankara  a souligné qu’au regard de la situation actuelle, l’opportunité de cette consultation se pose quand bien même, sa légalité est effective dans la loi fondamentale.


Karim BADOLO



223
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/11/2018 21:20
11/11/2018 20:24
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus