Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Un présumé terroriste interpellé à Tenkodogo

18/09/2018
22:14

Un présumé terroriste interpellé à Tenkodogo
Kantigui, l’ouïe toujours en alerte au moindre vent, a appris qu’un présumé terroriste a été aperçu, en début de la semaine dernière, dans un lieu de culte au secteur n°2 de Tenkodogo. Selon l’informateur de Kantigui, l’individu, dans un accoutrement peu ordinaire, aurait été arrêté à la suite  de mouvements suspects en pleine prière. La démarche de ce « fidèle » a attiré la curiosité  de deux éléments de sécurité en civil, présents dans le lieu de culte. L’ayant suivi de près, ces derniers l’ont rejoint à sa sortie pour l’interpeller sans attirer l’attention des fidèles. Pendant les échanges, ils se sont aperçus que l’individu était de nationalité étrangère. Il fut conduit dans l’un des services de  sécurité de la ville pour une enquête sur l’objet de sa présence en ce lieu de culte, alors qu’il n’est pas de la confession religieuse concernée. Ses complices seraient également entre les mains des forces de défense et de sécurité. Par ailleurs, il est revenu à Kantigui que presqu’au même moment, un autre individu suspect aurait été interpellé par des éléments du commissariat de police de Comin-Yanga, dans la province du Koulpélogo.
C’est le lieu pour Kantigui de féliciter les FDS qui, dans la discrètion, abattent un énorme travail.

Enquête sur les lotissements à Gourcy
Kantigui a aperçu ces derniers temps dans la cité de Naaba Yadéga des enquêteurs de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE/LC). Curieux, Kantigui a voulu savoir les raisons de leur présence et il n’a pas tardé à découvrir qu’ils s’intéresseraient  particulièrement aux dossiers des différents lotissements de la ville de Gourcy. Selon certaines indiscrétions, ce coup de pied dans la fourmilière risque de dégager de fortes odeurs. Dans le même temps, le lundi 17 septembre, Kantigui a eu vent qu’un groupe s’activerait à rassembler les preuves des malversations sur des parcelles issues des lotissements des périodes 2002-2005 et 2012. Kantigui a pu même avoir possession d’un document faisant état de 221 quittances dont les détenteurs n’ont pas été satisfaits lors des attributions de parcelles, 55 cas de double attribution et autant de fiches portant sur des parcelles non attribuées qui seraient vendues. En plus de cela, Kantigui a relevé sur le document dont copie serait aux mains des autorités compétentes, cinq cas d’escroquerie dont un portant sur une réserve vendue.  Affaire à suivre !

Police municipale : ce rehaussement de niveau  agaçant
La Police municipale de Ouagadougou traverse une crise profonde, d’après les informations de Kantigui. Tout serait parti d’une vieille doléance des policiers concernant le rehaussement de leur niveau, par organisation des concours professionnels. Toute chose qui devra permettre le passage au grade d’assistant. Les différents maires qui se sont succédé ont mis la question en réflexion sans trouver de solution jusqu’en 2017.  C’est ainsi que l’actuel maire a décidé d’organiser un concours professionnel de recrutement de 40 assistants. Une partie de la troupe aurait boudé le concours. Finalement, 33 personnes auraient postulé. Le problème, a appris Kantigui, aurait été porté au ministère en charge de l’administration territoriale et des solutions seraient à l’étude.

Les misères d’un jeune entrepreneur
Kantigui est tombé sur une discussion dont le contenu fait froid dans le dos. De ce qu’il a pu capter, un lauréat de la Journée de l’entreprenariat burkinabè (JEB), organisée par la Maison de l’entreprise, peine à entrer en possession de la totalité de son prix qu’il a obtenu depuis 2010. En effet, a-t-on dit à Kantigui, ledit lauréat devait bénéficier d’un montant de 5 millions de F CFA mis en jeu par le Programme d’appui aux filières agro-sylvo-pastorales (PAFASP). Le prix a été suivi d’une formation en gestion d’entreprise au profit du lauréat et un protocole de subvention a été signé pour la mise en œuvre d’un projet d’élevage de poulets locaux à Boussé. Kantigui, qui a d’ailleurs pris connaissance du contenu dudit protocole, a pu lire que le premier acompte (décaissement) devait être de 70% du montant, soit 3,5 millions de F CFA. Ce qui lui a été effectivement versé. Le deuxième et dernier acompte de 1,5 million de francs CFA devait être remis après présentation des pièces justificatives des dépenses dans le cadre du premier acompte, d’un rapport d’étape et d’un planning des actions futures. Mais voilà, a-t-on appris à Kantigui, le lauréat a sacrifié à toutes ces exigences avec un retard, si bien qu’il peine à entrer en possession du reste de son argent. Cela fait 7 ans que son calvaire dure. Kantigui souhaite simplement que le lauréat, qui attend impatiemment cette somme pour investir dans son projet, puisse être rétabli dans ses droits.

Deux femmes injustement lynchées à Saambtenga
Kantigui a eu la chair de poule quand on lui a raconté que dans le village de Saambtenga à quelques encablures du péage à la sortie ouest de Ouagadougou (route de Ouahigouya), deux femmes ont été malmenées le samedi 15 septembre 2018. Selon l’informateur de Kantigui, alors qu’elles étaient dans ce village pour un mariage religieux, les deux dames ont eu l’envie de mettre quelque chose sous la dent. Elles se sont donc assises dans une buvette pour manger et se désaltérer. Après avoir fini, un inconnu (homme) les a servies de la boisson, ayant pensé qu’elles étaient les sœurs d’une de ses connaissances. Lorsque les deux femmes lui ont fait savoir qu’il s’était trompé, il a tout de même décidé de leur offrir la boisson. De ce qui a été rapporté à Kantigui, c’est quand elles buvaient la boisson offerte, qu’un autre homme à proximité les a hélées à leur insu. Ignorant qu’il s’agissait d’elles,  elles n’ont pas réagi, ce qui a provoqué le courroux de l’intéressé. Dans les discussions très houleuses qui s’en sont suivies, l’homme qui serait vraisemblablement le fils du chef du village, blessé dans son orgueil, a giflé l’une des dames. Pour la libérer, sa coéquipière a dû frapper l’agresseur avec une bouteille, le blessant du même coup. Il n’en fallait pas plus pour que les deux femmes passent un mauvais après-midi dans le village. En effet, a-t-on raconté à Kantigui, les villageois qui ont accouru de partout les ont tabassées, déchirant leurs vêtements. La gendarmerie venue les secourir a dû rebrousser chemin face aux menaces des villageois, abandonnant les deux malheureuses aux mains de leurs bourreaux. Même les agents du CSPS auraient refusé de les soigner. C’est finalement le chef du village qui a envoyé son véhicule pour les conduire au commissariat de Pabré où l’affaire a été réglée à l’amiable. Kantigui se demande toutefois comment le Burkinabè est-il devenu si violent envers son prochain.

Thomas Sankara sous la plume du journaliste Charles Kiendrebeogo
Kantigui a appris, dans les coulisses de la Radio nationale, la sortie prochaine d’une nouvelle œuvre littéraire sur le leader historique de la révolution burkinabè, Thomas Sankara. Le livre, a-t-on soufflé à Kantigui, est intitulé «Thomas Sankara, les témoignages en toute vérité» et l’auteur n’est autre que l’animateur inspiré de la « Chronique société » des mercredis et de l’émission « En toute vérité », notre confrère Charles Kiendrebeogo. De ce que Kantigui a pu glaner, ce livre lève un coin du voile sur l’enfance du capitaine- président au lycée Ouezzin- Coulibaly de Bobo-Dioulasso, le mouvement clandestin des jeunes officiers,  la prise du pouvoir au soir du 4 août 1983, les grands chantiers de la révolution burkinabè, les relations privilégiées avec la Libye de Mouammar Kadhafi,  les journalistes révolutionnaires...  
La première œuvre littéraire du chroniqueur de la radio nationale met aussi en lumière le désir secret de Thomas Sankara de rectifier la révolution, les comités de défense de la révolution, les tribunaux populaires de la révolution et bien d’autres faits à travers des témoignages inédits. En attendant de se procurer le livre ,  Kantigui félicite l’écrivain-journaliste pour son œuvre dont il ambitionne réaliser un coffret audio. Vivement que cet ouvrage tombe dans nos rayons

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(00226) 25 31 22 89



2 095
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus