Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Persévérance et endurance

04/11/2018
21:38

Voilà 58 ans que l’armée burkinabè existe. Ce 1er novembre 2018, comme tous les ans, elle a célébré son anniversaire sous le signe de la lutte contre le terrorisme. C’est une armée républicaine, dont l’exemplarité va au-delà des frontières nationales, notamment par l’entremise des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Malgré le déploiement de ses troupes au sein des missions onusiennes, c’est une armée qui sait défendre l’intégrité territoriale du Burkina. Même si le contexte sécuritaire transfrontalier d’aujourd’hui fait appel à des efforts encore plus soutenus et parfois difficiles de nos forces dans la lutte antiterroriste. A cette occasion,  le président Roch Marc Christian Kaboré a rappelé à ses compatriotes les premières strophes de l’hymne national du Burkina Faso. Par cette solennelle déclamation, le chef de l’Etat indique clairement que la lutte contre le terrorisme sera âpre et sans merci et qu’il faudra s’armer de courage, de persévérance, pour venir à bout de la nébuleuse. C’est aussi un appel à la nécessaire  unité et à la cohésion aussi bien au sein des Forces armées nationales qu’au sein des populations pour des succès tangibles, que le chef suprême des armées a lancé à l’occasion. Persévérance et endurance, parce qu’il ne faut pas se lasser de rappeler que le drame qui se joue au Burkina Faso est indissociable du contexte international peu favorable à l’extinction du terrorisme, avec notamment le conflit proche oriental dont il se nourrit. Les spécialistes de la question ne se font guère d’illusion.  Le phénomène terroriste ne s’analyse plus comme une crise, un accident, une poussée de fièvre ou un phénomène extraordinaire, mais plutôt quelque chose de consubstantiel, avec la mondialisation économique. Pour la simple raison qu’il génère une économie florissante qui crée plus d’emplois dans des domaines aussi variés que les renseignements et la sécurité privés que l’industrie automobile selon Richard Labéviere,  (spécialiste du financement du terrorisme) obéissant à la même logique financière, commerciale mondialisée. Cette logique implacable   tend à détruire les Etats- Nations, les services publics,  avec en toile de fond, une course effrénée, sans foi ni loi, à l’argent où la fin justifie les moyens. Hier, le monde avait affaire, au Proche Orient, à un terrorisme et un contre-terrorisme palestinien de première génération  soutenu par des Etats identifiables. Il s’en est suivie une seconde phase dite de terrorisme communautaire, nourrie d’islamisme radicale à la Ben Laden, puis celle que nous vivons actuellement, c’est-à-dire, le fruit des guerres occidentales mal réglées en Irak, en Afghanistan, en Syrie, et la naissance de Daech et de l’Etat islamique prônant un djihadisme international ou local selon les obédiences. Le Burkina Faso, l’actualité en atteste, est donc très loin d’être le seul dans la tourmente. Il est encore temps pour tous les pays en proie à la menace terroriste de se donner la main sur des bases sincères et  transparentes dans la lutte commune, car l’entreprise terroriste n’est pas  une génération spontanée et ne disparaîtra pas spontanément. En dépit de ce tableau sombre, le Burkina Faso, pays de tradition guerrière et de lutte d’émancipation politique et sociale, ne courbera jamais l’échine, surtout que les mânes des ancêtres sont avec nous. C’est donc en commandant en chef résolu à gagner la guerre, que Roch Marc Christian Kaboré s’est présenté au peuple ce 1er novembre. Et le peuple devrait s’en inspirer en prêtant assistance aux forces combattantes à l’image du soutien ferme des autorités coutumières et religieuses, des forces vives des 13 régions du pays exprimé tout le mois d’octobre dernier par des marches, des prières et des jeûnes.
Avec un tel élan, la victoire est inéluctable, même s’il faut se résoudre à accepter que nous devrions la gagner au prix des larmes et du sang.


Par Mahamadi TIEGNA
mahamaditiegna@yahoo.fr




141
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

11/11/2018 20:24
04/11/2018 21:38
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus