Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burkina France : Emmanuel Macron à Ouagadougou le 27 novembre.//Santé : Pr Nicolas Méda, élevé à la Légion d’honneur française.//Burkina : «Les actions de Thomas Sankara sont ancrées dans la mémoire des burkinabè", président du Faso, Roch Kaboré.//Dossier Thomas Sankara : « Aujourd’hui au niveau de la justice, les choses avancent. Et nous avons bon espoir ", président du Faso, Roch Kaboré.//Sénégal-Burkina: Macky Sall élève le président Kaboré à la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre national du Lion.//Les Etats-Unis annoncent leur retrait de l’Unesco, accusant l’institution d’être «anti-israélienne ».//Affaire putsch manqué: liberté provisoire pour Djibrill Bassolé.
Flash info :

Compétition en arts plastics : Qualité moyenne pour les différentes œuvres

27/03/2014
00:00

La 17e édition de la Semaine nationale de la culture a enregistré 39 œuvres d’artistes en compétition pour le Grand prix national des arts et des lettres (GPNAL).

Quatre catégories sont inscrites dans la compétition en arts plastics pour le Grand prix national des arts et des lettres (GPNAL). En peinture, il y a onze œuvres, cinq en batik, onze en sculpture et douze œuvres pour les arts composites. « D’une façon générale, les œuvres sont d’une qualité moyenne, parce qu’on se rend compte qu’il y a quelques difficultés », a déclaré la présidente de jury, Dr Edwige Zagré, par ailleurs maître-assistante en Histoire de l’art à l’Université de Koudougou. Dans la catégorie batik, le nombre d’œuvres jugé faible provient de la région autonome du Houet et du Kadiogo. « Beaucoup d’artistes ne se présentent pas dans cette catégorie. En même temps, on se rend compte que le choix est difficile. Lorsqu’on a au moins douze œuvres, c’est quand même mieux que quand on a à choisir entre cinq œuvres », a indiqué la présidente de jury. Mme Zagré a indiqué qu’en peinture, il manque du dynamisme au niveau national, contrairement au niveau international. Une léthargie dont le remède peut venir en partie de la formation. « C’est un volet sur lequel les gens insistent. Il faut des formations pour les artistes, afin de leur permettre de prendre part aux compétitions nationales et internationales », a-t-elle signifié avant d’évoquer même la qualité du matériau qui n’est pas très bonne.

 La conséquence, a-t-elle expliqué, c’est que les œuvres qui seront primées et inscrites au patrimoine national ne pourront pas résister aussi longtemps. Cette situation vient du fait que chaque artiste va à la compétition en fonction de ses moyens. Mme Zagré a, de ce fait indiqué, que pour cette édition, toutes les premières œuvres primées dans toutes les catégories en arts plastiques ont 500 000 F CFA, les deuxièmes, 400 000 F et les troisièmes 300 000 F CFA. De plus, 500 000 F CFA seront donnés aux artistes primés, afin que leurs œuvres restent des propriétés de l’Etat. Néanmoins, tous ceux qui ont participé à la compétition ont 50 000 F CFA. Les critères de notation sont la créativité, c’est-à-dire des créations nouvelles qui sortent de l’ordinaire, notée sur sept points, l’exécution et la composition, c’est-à-dire, comment l’artiste agence les éléments dans un tableau par exemple notée sur dix points. Enfin, la pertinence du message que l’artiste donne est notée sur trois points. « Mais beaucoup d’artistes rendent difficilement le message, car ils demandent à d’autres personnes de l’écrire, parce sans formation », a estimé la présidente du jury.


Rabalyan Paul OUEDRAOGO


282
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE









> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus