Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burundi : l’ancien président de la Transition, Michel Kafando, nommé haut représentant de l’ONU.//La condamnation à la prison à vie de l’ancien président Tchadien, Hissene Habré confirmée en appel//Tin Akoff : Les deux personnes enlevées à In Abao, ce jeudi, ont été retrouvées ( Ministère de la Sécurité)// La Haute cour de justice a renvoyé  au 4 mai prochain, le procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré//Liberté de presse 2017 : Le Burkina est classé 1er en Afrique francophone, 5e en Afrique et 42e au plan mondial.//Restez connectés sur le site web de Sidwaya pour plus d'informations nationale et internationale//
Flash info :

L’UEMOA sur les sentiers d’une redéfinition du LMD

18/11/2014
09:10

L’Afrique de l’ouest disposera, très prochainement, d’un document cadre pour une meilleure opérationnalisation de la réforme de l’enseignement supérieur dans son espace. C’est le fruit d’une semaine d’échanges tenus à Ouagadougou entre des acteurs de la société civile, du monde universitaire, ainsi que des étudiants, des parents et des employeurs.

 A écouter les participants à ce séminaire régional de sensibilisation des acteurs de l’enseignement supérieur au concept LMD, c’est, par excellence, la rencontre qui leur avait manqué. En effet, bien plus qu’une opportunité de transmission de savoirs, ce rendez-vous de Ouagadougou a donné l’occasion, à chacune des cent personnes participantes, de partager son expérience, ses inquiétudes et ses attentes.

 Il est un secret de polichinelle que le système « Licence-Master-Doctorat » est perçu, notamment par certains étudiants, comme une réforme imposée, sans emprise avec la réalité. Tout aussi connu est le reproche fait par le monde du travail aux universités, de ne pas leur mettre à disposition des ressources humaines en phase avec leurs besoins. A cela, il convient d’ajouter la complainte des parents sur l’accessibilité de l’enseignement supérieur, et celle des Etats qui estiment que leurs efforts d’investissement sont, assez souvent, sous-estimés.

Il était opportun de faire dialoguer ce monde. La décision a été prise par l’Uemoa à travers le Projet d'appui à l'enseignement supérieur (PAES), et le dialogue rendu possible par une méthodologie développée par Michel Delhaxhe et Aline Muller de l’Université de Liège en Belgique, intervenant via le bureau de consultance belge Cecoforma.

Dès les premiers jours, les participants ont travaillé en plénière pour dresser un état des lieux de la mise en œuvre de la réforme LMD dans chacun des huit pays de l’Uemoa. Cette étape a ainsi permis aux participants de savoir et comprendre ce qui se passe au-delà de leurs frontières respectives. Ils ont pu relever les difficultés rencontrées par les uns et les autres, et surtout, les acquis sur lesquels il est possible de capitaliser. 

C’est fort de cet éclairage que, par pays de provenance, les participants se sont retrouvés et ont dégagé ce qu’ils considèrent être les chantiers prioritaires à soumettre à leurs dirigeants nationaux.

Puis, suivant la méthodologie adoptée pour l’animation de ce séminaire, huit groupes thématiques se sont constitués. Leur travail a permis d’identifier des pistes de collaborations possibles entre les pays de l’Uemoa, dans le but d’améliorer la pertinence de l’enseignement supérieur dans l’espace commun. 

Cet effort de réflexion et de partage d’expérience a conduit à l’adoption d’un document susceptible de servir de base à l’élaboration d’un plan d’action par l’Uemoa. En effet, la mise en œuvre de la réforme LMD doit toujours se faire en prenant en compte le contexte spécifique à chaque pays, mais il est ressorti que les leviers sur lesquels il urge d’agir sont pratiquement les mêmes.

Le séminaire de Ouagadougou a été celui du parachèvement d’un processus entamé par l’organisation de concertations, à l’échelle nationale, sur les grands enjeux du système LMD, et les ajustements dont il a besoin.  Aujourd’hui, l’Union dispose d’une approche sur la finalité du LMD qui peut se targuer d’être légitime, car résultant des « regards croisés entre partenaires de l’enseignement supérieur ».

L’originalité de cette démarche a permis de vraies rencontres entre acteurs de l’enseignement supérieur. Avant le séminaire de Ouagadougou, moins d’un tiers des participants avait eu des échanges avec leurs pairs des autres pays.

Des contacts ont été noués, des engagements ont été pris de travailler davantage en partenariat. Dans cet élan, le rôle à jouer par l’Uemoa devrait s’accroitre, estiment les participants, à travers la mise en place de nouveaux programmes comme celui d’appui à la mobilité.

En dépit du contexte politique burkinabè qui a contraint à réaménager l’organisation du travail, la centaine de participants a su se concentrer sur son objectif. Cette envie démontrée de réaliser des avancées qualitatives dans la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement supérieur a été saluée par les animateurs, et aussi par le cabinet belge de consultants internationaux Cecoforma, organisateur de ce séminaire régional. 

Les participants au séminaire régional se sont quittés, non sans avoir dit leur satisfaction de l’initiative de cette concertation, et du résultat auquel ils sont parvenus. Ils ont exprimé leur gratitude au PAES, ce programme mis en place avec l’appui de la Banque africaine de  développement pour « contribuer au renforcement des capacités de formation, de recherche et d'innovation des pays membres de l'UEMOA afin de stimuler la croissance économique et de réduire la pauvreté. »  

Yacouba Ouédraogo
(Collaborateur)         


1 515
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR





>IMAGE DE LA CITE








> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus