Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

L’état d’Awa Nadia est grave, mais stable

01/06/2015
21:09

En compagnie du chanteur Dicko Fils et de danseuses, l’artiste-musicienne Awa Nadia a été victime d’un grave accident de la circulation, le samedi 30 mai 2015 à 5 km de Tarpago. Selon le personnel médical du Centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo (CHU-YO), l’état de santé de la chanteuse est préoccupant. 

Les artistes-musiciens Awa Nadia, Dicko Fils, ainsi que trois danseuses, un manager et le chauffeur ont été victimes d’un accident de la circulation, le samedi 30 mai 2015 à 5 km de Tapargo. Le drame a donné lieu à plusieurs commentaires et de folles rumeurs sur les réseaux sociaux sur l’état de santé de Awa Nadia. C’est dans cette optique que le directeur général du Centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo (CHU-YO), Robert Bibia Sangaré et une délégation d’artistes-musiciens ont effectué, le lundi 1er juin 2015, une visite dans les services où sont admis les accidentés. L’artiste-musicienne Awa Nadia a été admise au service d’anesthésie et de réanimation où elle est en réanimation. «Normalement, je ne peux pas vous détailler le secret de son état de santé sur le plan clinique. Puisque nous sommes liés par le secret médical. Elle  souffre cependant d’un traumatisme crânien. Son état est grave, mais stable.  Nous mettons tout en œuvre pour que ses soins soient de bonne qualité et que son diagnostic se concrétise dans le meilleur sens. Nous avons espoir que s’il n’y a pas de complications, les choses devront s’améliorer assez rapidement. Mais nous ne pouvons pas vous dire dans quel délai», a déclaré l’anesthésiste-réanimateur, Pr Joachim Sanou, en compagnie de ses collaborateurs dont  le neuro-chirurgien, Pr Abel Kabré. Awa Nadia est-elle dans le coma comme le raconte dame-rumeur ? a demandé un confrère. «Je  ne vais pas entrer dans les détails cliniques. Je puis vous dire seulement qu’elle n’est pas vigilante pour le moment. Mais, cela est dû à la fois à son traumatisme initial et aux médications que nous lui administrons afin qu’elle s’adapte à notre traitement», a expliqué M. Sanou. Aux urgences traumatologiques, la délégation, très composite, a retrouvé un Dicko Fils endormi sur le côté, avec les deux bras plâtrés. «Chez lui, ça va beaucoup mieux. Il est en train de se remettre petit à petit. Il a seulement les poignets fracturés», a confié aux visiteurs, l’un des aides-soignants. Même son de cloche chez la danseuse, Nassita Koné, hospitalisée dans le même bâtiment (urgences traumatologiques) que le Kundé  2015 de la meilleure chanson moderne d’inspiration traditionnelle (Dicko Fils, Ndlr). 

Prise en charge gratuite

L’autre danseuse, victime elle aussi de l’accident, Mariam Yédan, a, quant à elle, été admise au service de Neuro-chirurgie. L’ordre du personnel soignant est formel. En effet, dans ledit service, interdiction a été faite aux personnes étrangères au service de s’approcher de Mariam Yédan. La malheureuse est entourée d’un appareillage à l’aspect légèrement compliqué pour tout profane. L’équipe de M. Sangaré et des artistes-musiciens n’a donc pas à ce niveau eu d’autre choix que de s’enquérir  de l’état de santé de Mariam Yédan qu’à travers une baie vitrée. Quelle a été la réaction des autorités après le drame ? Selon Robert Bibia Sangaré, le gouvernement burkinabè suit avec beaucoup d’attention le traitement de ce dossier. «Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida nous a instruit de faire tout ce qui est de notre possible pour que les accidentés reçoivent les soins appropriés. Et ensuite de lui rendre compte. Je pense donc qu’il n’y aura pas de souci en ce qui concerne la prise en charge gratuite», a-t-il confié. Le geste des autorités burkinabè a été salué à sa juste valeur par l’artiste-musicien Bamos Théo du syndicat national des artistes musiciens et assimilés du Burkina. 



Aubin W. NANA




7 996
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus