Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Urgent : Assemblée nationale : Salifou Diallo est décédé ce samedi matin, à Paris.//Lutte contre le terrorisme: Une marche silencieuse du rond-point des Nations Unies au cafe Istanbul le samedi 19 août, à 9 heures.
Flash info :

Portrait : Zan Alfred Bady, l’athlète multidimensionnel

20/11/2015
03:54

Lutte, rugby, haltérophilie, trois disciplines dans lesquelles, excelle Zan Alfred Bady. C’est surtout, dans le domaine de la lutte traditionnelle, que Zan est le plus connu. Etant natif de la province du Sourou, tout petit, à l’école primaire, c’était son sport favori. Mais à l’adolescence, la pratique prendra une autre dimension, avec les compétitions de la Fédération burkinabè de lutte. Officiant dans la catégorie des 86kg et plus, Zan règne en maître, avec à son actif cinq titres de champion national. Ses performances sont même reconnues par l’AJSB en 2009. On peut même dire qu’il est le digne successeur du seigneur des arênes Athanase Moussiané. Sur le plan international, Bady a valu au Burkina des lauriers. Il s’est illustré, dans les compétitions du TOLAC, où il a obtenu deux médailles d’argent en 2008 et 2009, et une d’or à Dakar en 2010. Avec ses 1,68, m pour 90kg, et aujourd’hui âgé de 30 ans, il se découvre un autre atout, le rugby, une discipline qu’il pratique depuis trois ans avec l’équipe de PARC. Selon lui, son physique, convient parfaitement à ce sport. « J’ai une pointe de vitesse, je suis pilier, c’est un poste réservé aux gros bras, j’ai de la percussion, et j’aime franchement aller aux contacts «, fait-il comprendre. Mais ce n’est pas tout, Zan a également une autre passion, soulever les haltères. L’occasion a été opportune pour lui de se faire valoir, le 25 octobre dernier lors de la compétition BF1/Musclor. Il remporte le trophée en soulevant une charge de 235kg. Bady est homme de tenue de profession. Est-ce cet atout professionnel qui lui fait briller dans les trois disciplines ? Sûrement, puisque le physique et l’endurance sont des atouts maîtres du militaire. « Je pratique ces sports par plaisir. Au Burkina, ce ne sont pas des disciplines qui nourrissent son homme comme le football. C’est juste la gloire et la notoriété qu’ils me procurent «, confie-t-il. Alfred nourrit l’ambition de faire carrière dans la balle ovale, il dit être épaté quant il regarde à la télé, le Top 14 en France. En lutte, Zan voudrait se reconvertir dans l’encadrement technique, afin de mettre sa grande expérience au service de ses petits frères. Comment, Zan arrive-t-il à concilier ses obligations professionnelles avec l’exigence de la pratique du sport de haut niveau ? Selon lui, sa hiérarchie lui a toujours facilité la tâche. Jusque-là, il était en service à Ouagadougou, mais il vient d’être muté à Kaya. Pourra-t-il continuer à bénéficier d’installations adéquates et de coéquipiers, capables de le pousser à continuer à bien s’entraîner et à se maintenir au top? C’est là toute la question. 


Barthélemy KABORE



713
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

21/08/2017 00:33
13/08/2017 20:45
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus