Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Roch à l’épreuve

27/12/2015
20:35

Demain mardi 29 décembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré prend officiellement les rênes du pouvoir d’Etat au Burkina Faso. Il sera investi président du Faso au Palais des sports de Ouagadougou pour conduire, cinq ans durant, les destinées d’une nation qui a connu tempêtes et ouragans depuis octobre 2014, date de l’éviction de l’ancien président Blaise Compaoré. Dans la légalité et la légitimité, le président Roch Marc Christian Kaboré viendra ajouter de la terre à celle de tous ses prédécesseurs. Sans haine ni vengeance, il construira le pays sur la base d’un programme qui lui a valu son élection le 29 novembre 2015.

Outre son programme quinquennal, les Burkinabè attendent le président Kaboré sur des chantiers de grande importance. La restauration des valeurs d'intégrité et de transparence, la réconciliation des « filles et fils intègres », la lumière sur les dossiers dits pendants de justice, la restauration de l'ordre et de l'autorité de l'Etat, l’assurance du bien-être de la population, la résolution de l’impasse dans les universités publiques, des réponses concrètes aux questions de chômage, etc., sont autant d’attentes.

Il n’y aura pas d’état de grâce, préviennent déjà des partenaires sociaux. Il va falloir aller vite et bien. On ne peut pas tout satisfaire en cinq ans, mais on peut faire preuve de volonté et d’action pour montrer aux Burkinabè qu’ils ont placé l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, qu’ils ont fait le bon choix. D’ailleurs, le slogan de campagne du tout nouveau Président n’était-il pas « Roch, la solution » ?

L’erreur à ne pas commettre, c’est de vouloir ouvrir une chasse aux sorcières au moment où le pays a besoin de tous pour sa relance. A bien y voir, on se rend compte que ce qui divise les Burkinabè sur le plan politique n’est pas aussi important que ce qui les unit, notamment l’appartenance à un même pays. L’heure doit être plutôt à l’apaisement, au dialogue, à la réconciliation. Rappelons que cela n’est pas synonyme d’impunité. Cela réglé, on retient que le nouveau Président du Faso a vu sa candidature portée par un groupe de partis. Mais aussitôt élu et investi, il devient le président de tous les Burkinabè. Jeunes, vieux, enfants… tous comptent désormais sur cet homme pour voir leur présent s’améliorer et leur avenir débarrassé de toute peur et de doute. Et cela est possible. Le nouveau chef de l’Etat burkinabè connaît le pays, les hommes, les difficultés. Il connaît aussi les forces de ce pays et éventuellement les différents leviers qu’il faut actionner, immédiatement après sa prise de fonction, pour redonner espoir à nombre de ses concitoyens.

Roch Marc Christian Kaboré hérite d’un pays qui a frôlé la catastrophe mais qui, grâce à Dieu et à l’intelligence de ses filles et fils, a su retomber sur ses pieds. Il hérite aussi d’un pays dont la passivité des habitants se conjugue désormais au passé. Le Burkinabè d’aujourd’hui dit tout haut ce qu’il pense et est prêt à se battre pour ses convictions et ses attentes. C’est dire que les choses ont changé, les pions ont bougé. Les repères ne sont plus les mêmes. 

Et cela est bon à savoir. Le nouveau Président hérite également d’un pays-laboratoire. En vérité, depuis un moment, le Burkina Faso est devenu le laboratoire de la démocratie en Afrique. Tout ce qui s’y passe attire l’attention non seulement des Burkinabè mais aussi, du reste du monde. Etre aux commandes d’un tel pays est une lourde responsabilité certes, mais pas une mission impossible. Tout le monde espère que Roch sera un roc pour supporter les charges. L’homme des grands défis qu’il est, saura certainement, avec son équipe, mais surtout avec beaucoup d’intelligence, apporter des solutions. Roch Marc Christian Kaboré au pouvoir, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre au Burkina Faso.


Par Rabankhi Abou-Bâkr Zida
 rabankhi@yahoo.fr



372
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus